DUMONT RENÉ (1904-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Agronome, grand connaisseur des paysanneries de la planète, et l'un des fondateurs de l'écologie politique française. René Dumont a été le premier candidat écologiste à se présenter à l'élection présidentielle, en 1974. Son livre L'Afrique noire est mal partie (1962) l'avait fait connaître du grand public.

Fils d'un professeur d'agriculture, René Dumont n'est pourtant pas devenu écologiste en un jour. Né en 1904 à Cambrai, il effectue des études d'agronomie et s'embarque à vingt-cinq ans pour étudier la culture du riz en Asie ; il y découvre l'exploitation coloniale (La Culture du riz dans le delta du Tonkin, 1935). Il s'enthousiasme pour l'agriculture moderne. À la Reconstruction de 1945, au côté de Jean Monnet, il devient d'abord un chantre de la modernisation des campagnes françaises, du remembrement et du drainage, puis de la révolution verte (c'est-à-dire des variétés à haut rendement) pour nourrir le Tiers Monde (Révolution dans les campagnes chinoises, 1957). À soixante ans, il se persuade du double échec du « développement à l'occidentale » et de ses imitations socialistes (Développement et socialismes, 1969).

Il va sur ses soixante-dix ans lorsqu'il rédige son premier livre pleinement écologiste, L'Utopie ou la mort (Seuil, 1973). Sa prise de conscience est faite de ruptures, sur la base de l'expérience. Mais, jusqu'à un âge très avancé, ces ruptures se fondent sur une continuité qui s'enracine dans l'enfance, à l'arrière immédiat des tranchées de la Première Guerre mondiale : le souci des hommes et de leurs souffrances. Et elles s'étayent d'une méthode. En tant qu'ingénieur agronome, il va sur le terrain : cinquante ans d'études, de diagnostics, de propositions, de missions sans concession pour la Banque mondiale ou les gouvernements locaux. Il voit les problèmes, cherche à les résoudre, enseigne les solutions. Si la technique suffit, tant mieux. S'il faut, pour la mettre en œuvre, changer les rapports sociaux, il le dit. Si la technique, devenue folle, trahit ses promesses, alors il faut rompre avec le productivis [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, député européen (Vert)

Classification


Autres références

«  DUMONT RENÉ (1904-2001)  » est également traité dans :

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 797 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « René Dumont et les années Lalonde (1974-1981) »  : […] En 1974, beaucoup pensent que Charles Piaget, le populaire leader autogestionnaire de Lip, peut fédérer électeurs de gauche, d'extrême gauche et écologistes. Mais la C.F.D.T., alignée alors sur le P.S., l'en empêche. La route est libre pour le président d'honneur des Amis de la Terre, René Dumont. Passé d'une vision productiviste de l'agriculture à une conception tiers-mondiste, il se définit co […] Lire la suite

VERTS LES, France

  • Écrit par 
  • Florence FAUCHER-KING
  •  • 3 037 mots

L'écologie politique a fait son entrée sur la scène française avec la candidature de René Dumont à l'élection présidentielle de 1974. Critiques à l'égard des institutions, les écologistes se sont d'abord engagés dans des associations environnementalistes, tiers-mondistes et humanistes. Le mouvement antinucléaire a servi de catalyseur aux revendications en raison du soutien que les mouvements d'ex […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain LIPIETZ, « DUMONT RENÉ - (1904-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-dumont/