ADMINISTRATIF RÈGLEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acte administratif tendant à édicter une disposition générale et impersonnelle, le règlement se distingue des autres décisions exécutoires portant décision individuelle. En France, le règlement administratif participe matériellement à la fonction législative. Le critère qui le distingue des actes législatifs est formel : la loi émane du Parlement ; le règlement, de l'exécutif. Dans l'organisation constitutionnelle française classique, le principe était que seule la loi pouvait statuer sur toutes les matières. Le règlement se voyait interdire certaines matières. Pour les autres, il pouvait intervenir dans trois cas : pour compléter une loi déjà votée (règlement d'application) ; pour suppléer à l'absence de disposition législative (règlement autonome) ; enfin, depuis 1926, pour modifier certaines lois anciennes, après habilitation législative (décret-loi). Au contraire, dans la Constitution de 1958, c'est désormais la loi qui se voit assigner un domaine spécialisé. Les autres matières relèvent du pouvoir réglementaire. Celui-ci n'est plus frappé d'aucun interdit, puisqu'une loi peut l'habiliter à statuer par ordonnance en toute matière législative. Les règlements d'application subsistent également. Le pouvoir réglementaire appartient de droit au président de la République, au Premier ministre et, à l'échelon local, aux préfets et aux maires ; exceptionnellement, aux ministres, aux responsables d'un service et aux ordres professionnels. L'édiction de certains règlements administratifs est subordonnée à diverses formalités, tels les décrets en Conseil d'État, pris par le Premier ministre pour l'application d'une loi après consultation solennelle de cette institution.

—  Louis-Jérôme CHAPUISAT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADMINISTRATIF RÈGLEMENT  » est également traité dans :

CONSEIL CONSTITUTIONNEL

  • Écrit par 
  • Annie GRUBER
  •  • 1 011 mots

Parmi les institutions établies par la Constitution de 1958, le Conseil constitutionnel est un organe spécialisé qui a été conçu pour assurer principalement le contrôle de constitutionnalité, qu'exerçait en partie le Comité constitutionnel de 1946. De nature ambiguë, il est plutôt politique par sa composition tout en étant proche d'un organe juridictionnel par son statut et ses attributions. Le Co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conseil-constitutionnel/#i_19091

EXCÈS DE POUVOIR

  • Écrit par 
  • Francis HAMON
  •  • 8 263 mots

Dans le chapitre « Motifs et finalité »  : […] Les motifs sont tous les éléments de droit ou de fait que l'administration invoque à l'appui de sa décision. L'erreur sur les motifs constitue un cas d'excès de pouvoir, et elle peut porter aussi bien sur les faits que sur le droit. L'erreur sur un motif de fait peut se présenter sous deux aspects. Il y a évidemment erreur lorsque les faits invoqués par l'administration sont inexacts. Le contrôleu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exces-de-pouvoir/#i_19091

Pour citer l’article

Louis-Jérôme CHAPUISAT, « ADMINISTRATIF RÈGLEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reglement-administratif/