RÉGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les modes de gestion des services publics, la régie est une formule classique de prise en charge du service par des organes publics. Un service est organisé en régie quand la personne publique dont il dépend en assure la direction de principe et le fait fonctionner avec ses propres biens et avec ses propres agents. La gestion en régie est donc une gestion directe d'un service public par l'Administration. Elle peut être simple ou intéressée.

La régie simple suppose que le personnel affecté au service est recruté directement par l'État ou par la personne publique à laquelle il est rattaché (département, commune). Ce personnel peut comprendre des fonctionnaires stricto sensu, ainsi que des agents qui bénéficient du régime de droit public sans avoir la qualité de fonctionnaire, tels que les auxiliaires, les stagiaires, ou encore les agents contractuels ou requis. Mais l'Administration peut choisir de recruter le personnel sous l'empire du droit privé. Les biens affectés au service géré en régie simple appartiennent normalement à la collectivité publique responsable et sont placés sous le régime de la domanialité publique ou privée.

Dans la régie intéressée, c'est toujours la personne publique qui fait fonctionner le service, mais la personne ou la société placée par l'Administration à la tête du service est intéressée financièrement aux résultats de l'exploitation. Par là, la régie intéressée se rapproche de la concession de Service public, où l'Administration charge un tiers de gérer le service public au lieu de l'exploiter elle-même. Mais à la différence du concessionnaire qui est avant tout un entrepreneur soucieux de tirer profit de la concession et qui trouve normalement sa rémunération dans les bénéfices d'exploitation du service concédé, le régisseur trouve la sienne dans son intéressement à certains résultats d'exploitation qui ne sont pas eux-mêmes des bénéfices. On peut retenir par exemple le nombre de prestations fournies, ou le nombre de voyageurs transportés, ou encore les économies réalisées dans la gestion du service. L'intéressement apparaît comme un moyen de stimuler le zèle du régisseur pour l'encourager à réaliser la meilleure exploitation possible. De ce point de vue, on peut remarquer que la régie intéressée est une formule conçue à l'avantage et dans l'intérêt du service public.

Simple ou intéressée, la régie est longtemps resté un mode important de gestion du service public.

—  Louis-Jérôme CHAPUISAT

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RÉGIE  » est également traité dans :

ÉTABLISSEMENT PUBLIC

  • Écrit par 
  • Annie GRUBER
  •  • 898 mots

Le procédé de l'établissement public est un mode classique de gestion des services publics, employé depuis longtemps à la fois pour les services de l'État et pour les services des départements et des communes. Mais il a connu récemment un développement tel que la notion même d'établissement public a perdu de son unité pour devenir quelque peu disparate. Quoi qu'il en soit, on peut retenir la défin […] Lire la suite

MINES, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Claude DOMERGUE
  •  • 12 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Empire »  : […] Aussi, sous l'Empire, un autre système se met-il peu à peu en place, qui implique un véritable contrôle de la part de l'administration à laquelle revenait la gestion des mines, le fisc. À partir des empereurs flaviens au moins, la gestion des mines dépendait du procurateur financier de la province concernée, représentant de l'empereur ( procurator Augusti ), haut fonctionnaire, membre de la class […] Lire la suite

Les derniers événements

Canada. Présentation du projet de loi sur la neutralité carbone. 19-25 novembre 2020

de réduction des émissions de GES qu’il s’est fixés. Le 24, le rapport annuel de l’agence fédérale de la Régie de l’énergie estime que les actions prévues dans le domaine de la transition énergétique au Canada comme ailleurs dans le monde pourraient rendre inutiles l’expansion de l’oléoduc Trans […] Lire la suite

France – Italie. Règlement du contentieux lié à la présence d'E.D.F. dans le capital d'Edison. 6 mai 2005

hostile par les autorités italiennes, et dont les autorités françaises n'avaient pas été informées. Le règlement du litige prévoit le partage du capital d'Edison entre E.D.F. et A.E.M., la régie d'électricité et de gaz de Milan ainsi que la participation d'Enel, le numéro un italien de l'électricité […] Lire la suite

France – Belgique. Mobilisation européenne contre la fermeture de Renault-Vilvorde. 3-27 mars 1997

– alors que l'État détient encore 46 p. 100 du capital de l'ex-Régie – en critiquant la méthode utilisée par Renault. De leur côté, la plupart des syndicats reconnaissent la nécessité de mettre en œuvre des politiques sociale et industrielle à l'échelle européenne pour faire face à la surcapacité […] Lire la suite

Italie. Victoire de Silvio Berlusconi aux référendums sur l'audiovisuel. 11 juin 1995

Le 11, les Italiens se prononcent par référendum sur douze questions concernant, notamment, l'audiovisuel. Une majorité d'électeurs se déclarent opposés à l'abolition du droit pour une personne privée de détenir plus d'une chaîne de télévision, à l'abolition du droit pour une régie publicitaire […] Lire la suite

France. Mise en examen du trésorier du Parti républicain. 6 janvier 1995

concernent l'approvisionnement inexpliqué, pour 2,8 millions de francs en espèces, des comptes du P.R. après l'entrée en vigueur de la loi d'octobre 1990 sur le financement de la vie politique ; le versement, entre 1988 et 1992, de 20 millions de francs au Groupement des régies réunies – régie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis-Jérôme CHAPUISAT, « RÉGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/regie/