RÉDUCTIONNISME, sciences

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'usage courant du mot « réductionnisme » est péjoratif. Il désigne des approches scientifiques réductrices, voire simplistes. Accusation assurément trop rapide, pour autant que la recherche de principes généraux et de théories fondamentales, qui anime le réductionnisme, s'inscrit dans la dynamique scientifique, celle du renoncement au chatoiement des apparences au profit des éléments qui les rendent intelligibles. Reste à définir les modalités et les problèmes posés par cette attitude.

Au sens précis du terme, le réductionnisme est la position selon laquelle une théorie peut être absorbée par une autre. Par exemple, le logicisme de Gottlob Frege (1848-1925) est un programme ayant pour objet de réduire l'arithmétique à la logique, en particulier de fournir une analyse logique de la notion de nombre. Classiquement, on distingue deux types de réductions interthéoriques, les réductions interthéoriques homogènes et les réductions interthéoriques hétérogènes. L'histoire des sciences donne des exemples des unes et des autres.

Lorsque, dans un même domaine ou dans des domaines semblables, une théorie plus générale succède à une ou plusieurs théories, on parle de réduction homogène. La réduction des lois galiléennes de la chute des corps et des lois képleriennes du mouvement des planètes à la théorie newtonienne de la gravitation en est un exemple. Lorsque les théories concernées portent sur des phénomènes apparemment éloignés ou lorsqu'elles s'attachent à des niveaux d'organisation différents, on parle de réduction hétérogène. Soutenu par l'essor de la biologie moléculaire, un réductionnisme se déploie ainsi en biologie, animé par la volonté de réduire l'étude des êtres vivants à celle des phénomènes physico-chimiques qui expliquent leur développement et leur reproduction. Les ambitions réductionnistes posent différents problèmes. Les uns sont extrêmement techniques. Ils concernent notamment les conditions à remplir par la théorie réductrice : doit-on exiger une stricte déduction de la théorie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÉDUCTIONNISME, sciences  » est également traité dans :

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Le renouveau du biologisme »  : […] En France, l’image publique des sciences de la vie connaît un renouveau important à la suite de l’attribution en 1965 du prix Nobel de physiologie ou médecine aux généticiens André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob. La biologie attire de nouveau la curiosité du monde intellectuel et du grand public. C’est sur ce terreau à la fois scientifique et culturel que se déploient de nouvelles formes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologisme/#i_41520

Pour citer l’article

Jean-Paul THOMAS, « RÉDUCTIONNISME, sciences », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reductionnisme-sciences/