POÏVET RAYMOND (1910-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 17 juin 1910 au Cateau-Cambrésis (Nord), Raymond Poïvet se destine d'abord à la peinture, puis, après des études à l'École des beaux-arts de Paris, il s'oriente vers le dessin de mode, la publicité et la décoration (conception de monuments aux morts, intérieurs de cabarets, etc.). En 1941, il débute dans la bande dessinée avec divers récits biographiques. En 1945 il entre aux éditions Vaillant, dont il sera l'un des piliers jusqu'en 1973. Parallèlement à cette longue collaboration, il dessine dans les journaux les plus variés. De cette production abondante (notamment les histoires parues dans des magazines féminins comme La Vie en fleurs, Nous Deux, Intimité, Bonnes Soirées ou Femmes d'aujourd'hui) – mais aujourd'hui oubliée – se détachent Colonel X (Coq Hardi, 1947-1949, scénario de Marijac), exploits d'un héros de la Résistance, Mam'zelle Minouche (L'Humanité, 1961-1964, scénario de Roger Lécureux), bande dessinée quotidienne qui relate les enquêtes d'une jeune fille détective, et Guy Lebleu (Pilote, 1961-1967, scénario de Jean-Michel Charlier), aventures d'un journaliste fictif de Radio-Télé-Luxembourg dont la route croise souvent celle de confrères bien réels.

Raymond Poïvet restera dans l'histoire de la bande dessinée francophone comme le dessinateur de la première grande série de science-fiction parue en France, Les Pionniers de l'Espérance. Née le 14 décembre 1945 dans Vaillant, la bande a été publiée jusqu'en 1973 dans cet hebdomadaire pour les jeunes – rebaptisé Pif en 1969. Elle met en scène un équipage d'astronautes, mixte et pluriethnique (ce qui, en 1945, était une double audace), qui explore l'univers à bord du vaisseau spatial Espérance. Les personnages principaux sont le Français Robert, dit « Tangha », l'Américaine Maud, la Chinoise Tsin-Lu et le Soviétique Rodion. L'œuvre est marquante par son graphisme, par les thèmes classiques de la science-fiction (un genre alors peu connu en France et qu'elle vulgarise), et par l'idéologie qui la sous-tend.

Le dessin de Raymond Poïvet innove : il se caracté [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  POÏVET RAYMOND (1910-1999)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Dans l'ombre de « Spirou » et de « Tintin » »  : […] Si les journaux Spirou et Tintin sont incontestablement de grandes réussites, ils ne représentent qu'une faible part de l'ensemble de la production, qui quantitativement est alors à son apogée. De nombreuses autres publications ont des tirages très importants, comme Vaillant , proche du Parti communiste, support notamment dès l'année de son lancem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_19396

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « POÏVET RAYMOND - (1910-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-poivet/