CARVER RAYMOND (1938-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'ouvrier, Raymond Carver — né le 26 mai 1938 dans l'Oregon — se marie jeune. Ses enfants naissent tôt : il connaît la gêne la plus grande, soumis aux exigences d'études supérieures à mener et d'emplois alimentaires à trouver. Bien qu'il eût auparavant publié des poèmes et des recueils de proses en tirages limités, Raymond Carver n'atteignit la célébrité qu'en 1977, avec la publication de son recueil de nouvelles, Tais-toi, je t'en prie. Il continua d'écrire des poèmes et des essais, mais sa réputation devint bientôt celle d'un maître de l'art de la nouvelle, qui revendiquait pour modèles le Hemingway des courts récits et surtout Anton Tchekhov. Parlez-moi d'amour (1981) et Les Vitamines du bonheur (1983) vinrent bientôt s'ajouter au premier recueil. Carver ne cessait de réécrire ses récits, de sorte qu'il n'est pas rare de trouver des versions différentes et autrement regroupées de ses œuvres dans des recueils successifs.

On a cru devoir voler le terme de « minimalisme » aux arts plastiques pour rendre compte de ses créations et des textes de ceux en qui on a choisi de voir ses épigones (Jayne Anne Phillips, Tobias Wolff en particulier). Minimalisme, c'est-à-dire stricte inclusion de l'indispensable pour que fonctionne le récit, absence de commentaires sur les faits de la vie quotidienne rapportés de manière quasi photographique. Seul, au demeurant, Carver parvenait à convaincre régulièrement dans ce genre particulier. L'appellation de minimalisme néglige cependant l'exceptionnel talent qu'avait Carver de ne pas conclure tout en suggérant des fins inéluctables. Son univers est le monde quotidien des travailleurs, des démunis et des petits employés qu'une vie rendue difficile par la gêne matérielle et l'alcoolisme lui a fait côtoyer jusqu'à son tardif mais foudroyant succès. Distance et sympathie, en collaboration paradoxale, impriment à ses nouvelles les cadences récurrentes de l'anomie, le rythme d'existences apparemment sereines mais secrètement désespérées. Le sentiment permanent de la menace qui y règne se communique au lecteur, sans concession à l'esthétique vieillie d'un quelconque naturalisme.

Une bourse de cinq ans avait permis à Carver de retourner dans sa région natale (le nord-ouest des États-Unis) après avoir enseigné quelque temps à l'université de Syracuse (État de New York). L'idée mûrissait en lui de tenter d'écrire le roman qu'une existence pénible lui avait interdit de mener à bien. Il justifiait ainsi, non sans humour, mais non sans justesse, son choix d'une forme brève pour son écriture.

—  Marc CHÉNETIER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature américaine à l'université d'Orléans

Classification


Autres références

«  CARVER RAYMOND (1938-1988)  » est également traité dans :

DÉBUTANTS (R. Carver)

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 013 mots

Faut-il parler de revirement dans le monde de l'édition ? Durant près de trente ans, les nouvelles de Raymond Carver connues sous le titre Parlez-moi d'amour – publiées en 1981 chez Knopf et en traduction aux éditions Mazarine en 1986 – furent proposées dans un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debutants-r-carver/#i_95443

ALTMAN ROBERT (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 167 mots

Dans le chapitre « Retour à l'écriture chorale »  : […] On croit alors Robert Altman marginalisé par Hollywood. Mais il revient en force en 1992, avec The Player , un film sur Hollywood, justement, qui remporte un grand succès. À travers le conflit entre un scénariste, bientôt entraîné dans une affaire de meurtre, et son producteur, Altman règle ses comptes joyeusement. The Player , même si le scénario, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-altman/#i_95443

Pour citer l’article

Marc CHÉNETIER, « CARVER RAYMOND - (1938-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-carver/