RADEK KARL SOBELSOHN dit KARL (1885-apr. 1937)

Né en Galicie, Radek commence à militer au tournant du siècle dans le mouvement révolutionnaire polonais ; ses lectures encyclopédiques et éclectiques le conduisent à se rallier au marxisme. Il se rend à l'étranger où il entre en contact avec les dirigeants de la social-démocratie polonaise et russe. En 1905, il est à Varsovie où il collabore aux publications de la S.D.K.P.I.L. (organisme d'éditions) dirigée par Rosa Luxemburg. Arrêté pour son activité politique et syndicale en 1907, il regagne l'Allemagne en 1908 et il devient l'un des dirigeants de l'extrême gauche de Brême. Opposé à Rosa Luxemburg au moment de la scission de la social-démocratie polonaise en 1912, il est l'un des dirigeants de la fraction soutenue par Lénine. En Suisse, pendant la guerre, Radek poursuit son activité de publiciste de l'extrême gauche et se range aux côtés de Lénine ; il fait partie avec les bolcheviks de la gauche de Zimmerwald. Il bénéficie du train affrété pour Lénine et les autres émigrés bolcheviks au lendemain de la révolution de février, mais n'étant pas citoyen russe, il doit rester à Stockholm jusqu'à la révolution d'Octobre. Sur la recommandation de Lénine, on lui confie la direction du Bureau de la propagande internationale au commissariat du peuple aux Affaires étrangères. Il participe aux pourparlers de Brest-Litovsk et dirige la section d'Europe centrale au commissariat du peuple aux Affaires étrangères. Délégué au Congrès des conseils, à Berlin, en décembre 1918, il parvient à s'y rendre clandestinement ; arrêté le 15 février 1919, il reste onze mois à la prison de Moabit où il joue le double rôle de conseiller du P.C.A. et de représentant officieux du gouvernement bolchevique. De retour à Moscou, il occupe pour une courte période le poste de secrétaire du Komintern au sein duquel il joue un rôle de premier plan jusqu'en 1924 : il devient membre du comité exécutif et de la « petite commission » (futur Présidium). Délégué à la conférence des trois Internationales à Berlin en 1922, au congrès du P.C.A. en février 1923, il assiste au congrès de la IIe Internationale à Hambourg, en mai.

Karl Radek

Karl Radek

photographie

Le propagandiste marxiste Karl Sobelsohn dit Karl Radek (1885-après 1937), en compagnie de plusieurs dirigeants communistes, à Bakou, vers 1930. Radek est en chemise claire, au centre de la photo. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Faisant partie de l'opp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  RADEK KARL SOBELSOHN dit KARL (1885-apr. 1937)  » est également traité dans :

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 676 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Les luttes politiques pour le pouvoir (1922-1927) »  : […] 1927, pour le dixième anniversaire de la révolution, des manifestants, avec Zinoviev et Radek à Leningrad, Trotski et Preobrajenski à Moscou, déploient au milieu de la foule des pancartes avec leurs mots d'ordre. Le 14 novembre, Trotski et Zinoviev sont exclus du parti. Quatre-vingt-treize autres militants en vue de l'opposition sont exclus lors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_42700

Pour citer l’article

Claudie WEILL, « RADEK KARL SOBELSOHN dit KARL (1885-apr. 1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radek-karl-sobelsohn-dit-karl/