PSYCHANALYSE & PEINTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La peinture et l'impouvoir

Depuis le recensement monumental fait par Venturi sur l'œuvre de Cézanne, on a coutume de distinguer dans celle-ci quatre périodes : sombre, impressionniste, constructive, synthétique. Liliane Brion-Guerry reprend cette analyse à son compte, mais elle la dramatise deux fois. Tout d'abord, elle montre que ce qui motive cette odyssée plastique, c'est la recherche d'une solution à un problème également plastique : l'unification du contenu spatial, l'objet représenté, et de son contenant, l'enveloppe atmosphérique. En second lieu, elle suggère que ce désir d'unité plastique, en s'accomplissant dans les quatre grandes matières susdites, reproduit ou du moins réactive les principales conceptions de l'espace apparues dans l'histoire de la peinture : espace mouvant à plusieurs points de fuite, comparable à celui de la peinture antique, dans la première période (1860-1872) ; dans la seconde (1872-1878), dite impressionniste, espace de type italo-hellénistique où les plans lumineux ne parviennent pas à s'intégrer en un système cohérent ; espace au contraire trop construit, trop « serré » de la troisième période (1878-1892), qui suggère un rapprochement avec celui des primitifs romans ; enfin, lors de la dernière période, de 1892 à la mort en 1906, redécouverte sinon de la perspective du Quattrocento, du moins d'une expression de la profondeur analogue à celle des baroques ou, mieux encore, des aquarellistes de l'Extrême-Orient.

Ainsi l'œuvre de Cézanne, dans son déplacement, condenserait presque toute l'histoire de la peinture, du moins l'histoire de la perspective ; ou mieux encore : l'histoire de l'espace peint. Or il faut à cet égard noter deux choses. D'abord, si tel est le cas, on le doit à une incapacité originaire, à un manque qui ne cesse de relancer d'étape en étape l'investigation plastique : l'incapacité chez Cézanne de voir et de rendre l'objet représenté et son lieu selon la perspective classique, c'est-à-dire selon les règles de l'optique géométrique et les techniques de mise au carreau établies par les « perspecteurs » entre le xve et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

  • : professeur au département de philosophie et à l'Institut polytechnique de philosophie de l'université de Paris-VIII, membre du Collège international de philosophie

Classification


Autres références

«  PSYCHANALYSE & PEINTURE  » est également traité dans :

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'âme du peintre : l'autoportrait « au naturel » »  : […] Parce que détaché de tout support iconographique et souvent dénué d'accessoires « parlants », l'autoportrait au naturel est celui dont la signification est la plus difficile à appréhender. Depuis Jean Fouquet (émail, vers 1450, musée du Louvre) jusqu'à Kasimir Malévitch (1933, Musée russe, Saint-Pétersbourg), en passant par Filippino Lippi, Dürer, Federico Barocci, Tintoret, Rembrandt, Vouet, Char […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_29181

DALÍ SALVADOR (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 2 751 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La méthode « paranoïaque-critique » »  : […] Passionné de longue date par la psychanalyse de Freud et les études psychopathologiques de Richard von Krafft-Ebing (en particulier l'ouvrage Psychopathia sexualis paru en 1886), Dalí développe dans les années 1930 sa méthode dite « paranoïaque-critique », « instrument de tout premier ordre » dont Dalí, de l'avis de Breton, dote alors le surréalisme . La principale originali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvador-dali/#i_29181

PICASSO PABLO (1881-1973)

  • Écrit par 
  • André FERMIGIER, 
  • Hélène SECKEL
  •  • 3 145 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Souvenirs romains et thèmes freudiens »  : […] En 1917, Picasso, que la guerre a séparé de Braque et des peintres de Montmartre, part pour Rome, sur les instances de Jean Cocteau, et exécute les décors de Parade pour Serge de Diaghilev. Il collaborera souvent par la suite aux Ballets russes ( Le Tricorne , Pulcinella ), s'éprendra du monde du théâtre et de la danse, ramènera d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pablo-picasso/#i_29181

PSYCHANALYSE DES ŒUVRES

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Matrice signifiante de l'œuvre »  : […] Évoquons, par exemple, la détresse des choses et leur fraternité dans la peinture de Van Gogh. L'intelligence d'une telle qualité d'expression resterait assurément très pauvre, si l'on se bornait à y relever l'influence de l'esprit de charité du pasteur Van Gogh. Mais la correspondance du peintre autorise une recherche d'un type tout différent. Van Gogh peint le monde tel que son père l'a dit. C' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-des-oeuvres/#i_29181

STYLE, ARTISTE ET SOCIÉTÉ, Meyer Schapiro - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 302 mots

Dans le chapitre « Critique et déconstruction »  : […] Les autres études concernent des œuvres, des artistes ou des mouvements précis ; mais elles n'en sont pas moins orientées par le souci d'éclairer des questions de grande portée. En soumettant à une critique pointilleuse le célèbre texte de Freud Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci , Schapiro réduit à peu de choses la démonstration du Viennois, mais tout en admettant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-artiste-et-societe/#i_29181

LE SUJET DANS LE TABLEAU. ESSAIS D'ICONOGRAPHIE ANALYTIQUE (D. Arasse)

  • Écrit par 
  • Maurice BROCK
  •  • 1 338 mots

Dans sa pratique courante, l'histoire de l'art a deux façons d'aborder la question du « sujet » en peinture. D'un côté, elle s'intéresse au « sujet » créateur, de l'autre, au « sujet » représenté. D'une part l'auteur : catalographie, biographie, etc. ; d'autre part la signification des œuvres : iconographie et iconologie. Cette double approche présente un danger : l'historien de l'art risque souv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sujet-dans-le-tableau-essais-d-iconographie-analytique/#i_29181

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François LYOTARD, « PSYCHANALYSE & PEINTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-peinture/