PREMIÈRE TRANSGENÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1972, l'Américain Paul Berg (né en 1926) et ses collaborateurs de l'université Stanford parviennent à insérer dans le génome de la bactérie Escherichia coli, rendue perméable par un traitement chimique à base de calcium, un fragment d'ADN du virus SV40. Ils réussissent ainsi pour la première fois ce qu'on appelle aujourd'hui le « clonage » d'un gène, à savoir sa multiplication à volonté dans une cellule bactérienne qui, de ce fait, est génétiquement modifiée. L'année suivante, Herbert Boyer (né en 1936) perfectionne la technique en utilisant un vecteur, c'est-à-dire une petite molécule d'ADN circulaire capable de se reproduire toute seule au sein de la bactérie. Ces prouesses techniques provoquent des inquiétudes, dont Berg et Boyer sont bien conscients : l'insertion de gènes de SV40, un virus qui induit des tumeurs chez le singe, ne risque-t-elle pas de créer de redoutables bactéries cancérigènes ? En 1975, la conférence d'Asilomar (Californie) définit les conditions de sécurité nécessaires pour la manipulation des bactéries génétiquement modifiées. Le génie génétique peut alors prendre son essor.

—  Nicolas CHEVASSUS-AU-LOUIS

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS, « PREMIÈRE TRANSGENÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-transgenese/