PORTLAND, Oregon

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située entre la chaîne des Cascades et la chaîne côtière, qui la sépare de l’océan Pacifique, Portland est baignée par la rivière Willamette, affluent du fleuve Columbia, à 150 kilomètres de son embouchure sur le Pacifique. Ville portuaire de l’extrême nord-ouest de l’État de l’Oregon, dont elle est la ville principale, elle est la vingt-cinquième agglomération des États-Unis, avec 2 453 000 habitants en 2017 (647 805 dans la ville de Portland).

États-Unis : carte administrative

Carte : États-Unis : carte administrative

Carte administrative des États-Unis. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

À l’arrivée des premiers colons, dans les années 1830, la confluence des rivières Willamette et Columbia est depuis longtemps occupée par les Indiens chinook, qui seront rapidement décimés par la variole et la malaria. Le site est repéré pour sa capacité à recevoir des navires de haute mer tout en étant à l’abri de l’océan et éclipse ainsi rapidement une première colonie située plus en amont sur la Willamette, Oregon City. C’est Francis W. Pettygrove, l’un des fondateurs de la nouvelle cité, qui décide de lui donner le nom de sa ville d’origine : Portland, dans le Maine. Le village compte 820 habitants en 1850, mais s’affirme rapidement comme le premier port du nord-ouest des États-Unis, grâce au travail et au transport du bois, nécessaire à l’édification des nouvelles cités de l’Ouest et l’étayage des mines. Dès les années 1860, Portland est, avec San Francisco, le grand port d’entrée de l’immigration chinoise, attirée par les besoins de main-d’œuvre pour la construction des lignes de chemin de fer, une population pauvre qui subira rapidement l’ostracisme de la part des migrants blancs et sera à l’origine d’une première ségrégation spatiale. C’est justement le chemin de fer qui va progressivement permettre au port en eau profonde de Seattle de détrôner celui de Portland. Toutefois, la ville poursuit son développement autour de ses activités portuaires, de l’exportation du bois et des produits agricoles. Le premier pont sur la Willamette est édifié en 1887, et Portland accueille, en 1905, une exposition d’envergure mondiale (Lewis and Clark Centennial Exposition), durant laquelle elle acquiert son surnom de « cité des roses », la municipalité ayant décidé de planter des roses dans toutes les rues de la ville pour célébrer l’événement. La population atteint 210 000 habitants en 1910.

Impliquée dans les revendications sociales dès la fin du xixe siècle, la ville est une référence dans la naissance des mouvements syndicaux aux États-Unis, et l’État de l’Oregon a très tôt combattu la corruption jusqu’à inventer l’« Oregon System », fondé sur la démocratie directe et l’utilisation du référendum, qui sera repris dans de nombreux États.

L’aménagement de grands barrages sur la rivière Columbia par la Bonneville Power Administration à partir de 1937, qui apporte une énergie bon marché, ainsi que l’essor de la construction navale destinée à l’effort de guerre durant la Seconde Guerre mondiale entraînent un afflux de population à Portland, qui compte 373 000 habitants en 1950.

C’est pourtant depuis les années 1980 que la ville connaît ses plus forts taux de croissance. Si l’on peut difficilement parler de Sun Belt concernant ce Nord-Ouest américain, c’est bien pourtant la même dynamique, finalement propre à toute la côte ouest, qui a propulsé l’économie de Portland depuis le début du xxie siècle. Tandis que le port reste très actif – avec la basse Columbia, il est notamment le troisième port exportateur de blé au monde –, le cadre de vie verdoyant, les prix abordables entre la Californie et la région de Seattle-Vancouver, l’économie tournée vers les marchés émergents asiatiques ont attiré à Portland les secteurs des nouvelles technologies, de l’informatique, de la communication, et par conséquent une population jeune et diplômée, venue confirmer une structure démographique assez homogène, composée de Blancs à 75 p. 100, une exception parmi les villes américaines.

Sa culture orientée vers la démocratie participative a fait d’elle, en quelques décennies, un modèle de développement urbain, qui s’appuie sur la croissance verte, les transports en commun (tramway), les pistes cyclables, le slow food, l’accueil des milieux artistiques. Portland apparaît comme un terrain d’exploration de nouvelles utopies, bref, un bastion de la frontier... Elle est ainsi souvent nommée parmi les villes les plus agréables à vivre des États-Unis.

Portland

Photographie : Portland

Considérée comme la ville la plus verte des États-Unis, Portland (Oregon) offre un cadre de vie agréable, avec son centre traversé par la Willamette et planté de nombreux arbres. 

Crédits : dorinser/ Shutterstock

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

États-Unis : carte administrative

États-Unis : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Portland

Portland
Crédits : dorinser/ Shutterstock

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Les derniers événements

1er-23 septembre 2020 États-Unis. Suite des affaires de violences policières.

Portland (Oregon) fin août. Portland est depuis fin mai le théâtre de manifestations contre le racisme et les violences policières. Le 23, le procureur général du Kentucky Daniel Cameron annonce qu’aucun des trois agents qui ont tué par balles une Afro-Américaine, Breonna Taylor, après avoir fait irruption à son domicile de Louisville, en mars, ne  […] Lire la suite

23-29 août 2020 États-Unis. Nouvel acte de violence policière contre un Afro-Américain à Kenosha.

Portland (Oregon) où les partisans du mouvement Black Lives Matter continuent de manifester, un militant d’extrême droite qui participait à un rassemblement pro-Trump est tué lors d’une fusillade. […] Lire la suite

17-30 juillet 2020 États-Unis. Envoi d'agents fédéraux à Portland.

Portland aux termes d’un accord avec le gouvernement obtenu la veille par la gouverneure démocrate de l’Oregon Kate Brown. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent VERMEERSCH, « PORTLAND, Oregon », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/portland-oregon/