POMBAL SEBASTIÃO JOSÉ DE CARVALHO E MELO marquis de (1699-1782)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né d'une famille de petite noblesse provinciale, Sebasti ao José de Carvalho e Melo est loin d'avoir laissé deviner, au début de sa carrière, sa carrure d'homme d'État. C'est seulement vers la quarantaine que sa perspicacité se manifeste et que ses dépêches (il est alors en poste à Londres) le font connaître à la cour de Lisbonne. Son mariage avec la fille du comte d'Arcos, plus que ses études de droit, lui a ouvert certains horizons : il analyse méticuleusement la formation des deux grands « blocs » de l'époque : Espagne, Autriche et France d'une part, Prusse et Angleterre de l'autre. Il réfléchit au développement des politiques coloniales. À Vienne, en 1744, il s'efforce de réaliser un accord entre les puissances rivales. Mais Pombal surestime toujours les possibilités d'arbitrage de son pays. Sa personnalité complexe l'incline à porter ses efforts dans un trop grand nombre de directions. Il est à la fois un Choiseul, un Colbert, un Walpole, et pourtant son crédit restera toujours discuté. On doit distinguer entre une politique extérieure marquée par l'alliance anglaise (encore qu'il l'ait poussée moins loin que ses successeurs), une politique religieuse impitoyable (marquée surtout par la lutte contre les Jésuites) et une politique de réformes économiques et sociales qui, elles, vont très loin et suffiraient à consacrer sa réputation de novateur. Nommé secrétaire d'État précisément à l'époque du célèbre tremblement de terre qui détruisit la moitié de Lisbonne, en 1755, Pombal s'impose tout de suite comme « l'homme fort » de la monarchie. Ces heureux débuts, joints à la chance d'avoir pour souverain un roi faible comme Joseph Ier, lui permettent de donner sa mesure : celle d'un réaliste, imbu de libéralisme et convaincu de la vocation mercantiliste de son pays. Les vingt ans qui vont suivre sont consacrés au « redressement national », autrement dit à la lutte par tous les moyens contre la crise économique dans laquelle le Portugal s'enlisait depuis plusieurs décennies. D'un côté, P [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur d'archives au ministère des Affaires étrangères

Classification


Autres références

«  POMBAL SEBASTIAO JOSÉ DE CARVALHO E MELO marquis de (1699-1782)  » est également traité dans :

JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Universalis
  •  • 4 381 mots

Dans le chapitre « Les « réductions » du Paraguay »  : […] L'activité missionnaire de la Compagnie et la création singulièrement originale des « réductions » du Paraguay provoquèrent un autre conflit – cette fois avec les autorités portugaises et espagnoles –, qui fut à l'origine de la suppression de l'ordre. Tout à la fois pour protéger les Indiens Guarani du servage colonial et des razzias des chasseurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesuites-compagnie-de-jesus/#i_9165

LISBONNE

  • Écrit par 
  • Albert-Alain BOURDON, 
  • Michel DRAIN
  •  • 3 140 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les flottes »  : […] Les voyages vers l'Inde s'effectuaient en flottes annuelles. La rotation des navires et des capitaux était lente, car il fallait dix-huit mois pour accomplir le trajet Lisbonne-Goa aller et retour, en utilisant au mieux le mécanisme des moussons. Vers le Brésil, le système des convois fut également de règle, tout au moins pendant la période de dom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lisbonne/#i_9165

Pour citer l’article

Jean de PINS, « POMBAL SEBASTIÃO JOSÉ DE CARVALHO E MELO marquis de (1699-1782) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pombal-sebastiao-jose-de-carvalho-e-melo-marquis-de/