FOURNIER PIERRE SIMON, dit FOURNIER LE JEUNE (1712-1768)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Célèbre graveur et fondeur de caractères, Pierre Simon Fournier naquit à Paris dans une famille qui touchait de près à l'art typographique, puisque son père Jean-Claude fut le dernier directeur de la fonderie de Guillaume Le Bé que son frère aîné racheta. C'est d'ailleurs chez ce dernier que Fournier le Jeune commença sa carrière. Il apprit le dessin chez le peintre Colson et s'orienta bientôt vers la gravure sur bois, qui revenait à la mode et dont il étudia l'influence dans la découverte de l'imprimerie. Délaissant assez vite cependant cette activité, il s'adonna à la gravure sur acier et la finesse de son trait le rendit bientôt célèbre. Il créa sa propre fonderie à laquelle il donna un développement considérable. Fournier, qui était sans doute le plus important des huit fondeurs de Paris, vendait des caractères à l'Europe entière. Mais il ne se contentait pas de faire prospérer son atelier et voulait à tout prix donner à la typographie droit de cité. Auteur en 1737 d'une Table des proportions des caractères, il regrettait à la veille de sa mort que ses confrères lyonnais ne se soient point rangés à ses conseils. On lui attribue l'invention du point typographique qui permet de respecter un certain équilibre entre des lettres d'aspect différent, par exemple le « p » ou le « d ». En 1756, il donna aux caractères de musique la forme ronde qu'on leur connaît, ce qui entraîna une âpre correspondance entre lui, d'une part, et des Allemands et des Hollandais, d'autre part, qui en revendiquaient la primauté. Il publia à Berne et à Paris en 1765 un Traité historique et critique sur l'origine et les progrès des caractères de fonte pour l'impression de la musique. Homme de lettres, Fournier étudia l'origine de l'imprimerie, affirma que le premier imprimeur était Peter Schoeffer, de Mayence, qui utilisait des caractères mobiles alors que Gutenberg ne s'était servi que de la gravure sur bois.

Ses controverses avec les savants européens durèrent jusqu'à sa mort. Son fils Simon Pierre continua son entreprise. Mais en 1802, les caractères de Fournier furent éliminés de façon définitive par ceux des Didot.

—  Michel MARION

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FOURNIER PIERRE SIMON, dit FOURNIER LE JEUNE (1712-1768)  » est également traité dans :

TYPOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 589 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du romain du Roi aux Didot »  : […] Au xvii e  siècle, pour suppléer à la disparition dans le royaume des meilleurs types issus de l'atelier d'Estienne, l'Imprimerie royale créée par Richelieu réquisitionne le « romain de l'Université », caractère originellement conçu par le graveur Jean Jannon (1580-1658) pour l'Académie calviniste de Sedan, puis met en œuvre un caractère propre au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typographie/#i_33617

Pour citer l’article

Michel MARION, « FOURNIER PIERRE SIMON, dit FOURNIER LE JEUNE (1712-1768) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-simon-fournier/