RŒDERER PIERRE LOUIS (1754-1835)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de parlementaire, lui-même conseiller au parlement de Metz à vingt-cinq ans, auteur de nombreux mémoires fort prisés de l'Académie de Metz, Rœderer arrive aux États généraux avec une forte réputation d'économiste et de financier, comme avec une solide expérience du journalisme. Jacobin modéré à la Constituante, il fait encore figure de meneur de la gauche : une gravure de 1791 en fait, avec Robespierre et Pétion, l'un des trois du « Triumvirat patriote ». Sous la Législative, il est élu procureur général syndic de la Seine, ce qui lui donne à peu près les pouvoirs cumulés d'un préfet de la Seine et d'un préfet de police ; d'où son rôle décisif le 10 août, quand il décide le roi et la famille royale à abandonner les Tuileries pour se réfugier à l'Assemblée (qui pourrait oublier la savoureuse composition de son personnage donnée par Louis Jouvet dans La Marseillaise de Jean Renoir ?). Dès ce moment, resté beaucoup plus près de Pétion que de Robespierre, Rœderer a évolué vers l'aile droite de la Gironde, ce qui ne l'empêchera pas de conserver plus tard, en parlant de ce temps, une lucidité assez impartiale : « On a appelé anarchie la situation de la France en 1792 ; c'était tout autre chose. L'anarchie est l'absence de gouvernement, et la volonté de chacun substituée à la volonté générale. En 1792, il y avait une volonté générale unanime ; il y avait une organisation terrible pour la former, la confirmer, la manifester, la faire exécuter. En un mot, il existait une démocratie, ou, si l'on veut, une ochlocratie redoutable, résidant en vingt-six mille clubs, correspondant ensemble, et soutenus par un million de gardes nationales. »

Resté dans la pénombre sous la Terreur, Rœderer reparaît comme journaliste après Thermidor et conquiert une audience notable, davantage à droite qu'à gauche ; en 1799, il s'avance dans la mouvance de Sieyès, et sert de liaison entre ce dernier et Bonaparte dans les semaines qui précèdent Brumaire ; il a v [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « RŒDERER PIERRE LOUIS - (1754-1835) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-louis-roederer/