JONQUÈRES D'ORIOLA PIERRE (1920-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pierre Jonquères d'Oriola demeure le plus célèbre cavalier français. Il a notamment remporté deux fois le concours individuel de saut d'obstacles aux jeux Olympiques (1952, 1964) – un exploit unique. Homme au caractère entier, personnage haut en couleur, bon vivant, il n'hésitait pas à afficher publiquement ses idées, ce qui l'a conduit à se rapprocher un moment de l'extrême droite française. Il fut aussi, à la fin des années 1960, le premier cavalier français sponsorisé par la marque de champagne Moët et Chandon.

Pierre Jonquères d'Oriola est né le 1er février 1920 à Cornelia-del-Vercors (Pyrénées-Orientales), dans une famille de propriétaires terriens. Bien que sa mère se montre réticente, son père, qui est un excellent cavalier, l'initie très jeune à l'équitation : avec lui, le garçonnet forge son style, fondé sur une équitation naturelle, rênes courtes et buste porté vers l'avant. À douze ans, il participe à sa première compétition équestre. Il effectue une scolarité sans histoires, mais, à dix-sept ans, il décide de quitter le lycée, sans avoir obtenu son baccalauréat, pour travailler avec son père dans l'exploitation viticole familiale. Après la Seconde Guerre mondiale, il intègre l'équipe de France en 1946, et il remporte son premier concours – il en gagnera plus de cinq cents au cours d'une carrière longue d'un demi-siècle.

Le cavalier fait ses débuts olympiques aux Jeux d'Helsinki, en 1952. Quelques jours avant son entrée en scène, son cousin, Christian d'Oriola, a remporté le concours individuel de fleuret, et les deux Catalans ont dignement fêté ensemble ce succès. Le 3 août, montant Ali-Baba, un cheval anglo-arabe, Pierre Jonquères d'Oriola effectue un premier parcours décevant ; mais, dans le second, il réalise le sans-faute et, après barrage, il s'adjuge la médaille d'or.

Son second titre olympique, obtenu en 1964 à Tōkyō, marque réellement les esprits. En effet, durant ces Jeux, la délégation française multiplie les contre-performances : le concours individuel de saut d' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  JONQUÈRES D'ORIOLA PIERRE (1920-2011)  » est également traité dans :

HELSINKI (JEUX OLYMPIQUES D') [1952] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « 3 août »  : […] Dans le concours de saut d'obstacles, le Français Pierre Jonquères d'Oriola, montant Ali-Baba, commet deux fautes durant le premier tour et semble hors du coup (il est devancé par dix concurrents). Pourtant, lors du second tour, il réalise un sans-faute, alors que ses adversaires multiplient les erreurs. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/1952-12es-jeux-olympiques-d-ete/#i_98541

JEUX OLYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Jean DURRY, 
  • Pierre LAGRUE, 
  • Alain LUNZENFICHTER
  • , Universalis
  •  • 15 085 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « 1952. Helsinki »  : […] Mathias gagne le décathlon. Christian d'Oriola est champion olympique au fleuret, tandis que son cousin Pierre Jonquères d'Oriola remporte l'épreuve de jumping. Jean Boiteux, vainqueur du 400 mètres, apporte à la natation française sa première médaille d'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques/#i_98541

TŌKYŌ (JEUX OLYMPIQUES DE) [1964] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 4 201 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « 24 octobre »  : […] Pour la dernière épreuve des Jeux, Pierre Jonquères d'Oriola (quarante-quatre ans), magistral au saut d'obstacles sur Lutteur-B (aucune faute dans la seconde manche alors que tous les cavaliers multiplient les erreurs), renouvelle son succès de 1952 et donne à la France son unique médaille d'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/1964-15es-jeux-olympiques-d-ete/#i_98541

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JONQUÈRES D'ORIOLA PIERRE - (1920-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-jonqueres-d-oriola/