ORIOLA CHRISTIAN D' (1928-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Christian d'Oriola demeure considéré par nombre d'experts comme le meilleur escrimeur de tous les temps. Le palmarès de ce fleurettiste est impressionnant : quatre médailles d'or olympiques (1948, 1952, 1956) – un record pour un sportif français, qu'il partage avec un autre escrimeur, Lucien Gaudin (1924, 1928) –, deux médailles d'argent, huit titres de champion du monde (4 en individuel, 4 par équipes). Au-delà de ce palmarès, c'est le génie, la classe et la maîtrise avec lesquels ce gaucher obtint ses nombreux succès qui lui valent cette reconnaissance. Dans un sport alors fortement marqué par ses origines militaires, ce pétulant Catalan appuya son escrime sur une extraordinaire souplesse de jambes, une détente extraordinaire, un coup d'œil sans égal, qualités auxquelles il ajouta une touche de désinvolture qui déboussola les maîtres d'armes de l'époque. En outre, il fut le seul fleurettiste à s'adapter au fleuret électrique, tout en critiquant ce matériel avec véhémence.

Christian d'Oriola

Christian d'Oriola

Photographie

L'escrimeur français Christian d'Oriola fut l'un des plus brillants fleurettistes de tous les temps. Il s'est construit un magnifique palmarès et fut le seul champion à s'adapter à une innovation technologique qui lui déplaisait fortement : l'introduction de l'électricité, en 1955, pour... 

Crédits : Universal/ Corbis/ VCG/ Getty Images

Afficher

Christian d'Oriola naît le 3 octobre 1928 à Perpignan, dernier d'une famille de trois enfants. Il débute l'escrime à l'âge de neuf ans, dans le sous-sol de la maison familiale où son père avait aménagé une salle d'armes. En 1942, il remporte son premier succès, le Championnat scolaire de la région Languedoc-Roussillon ; à quinze ans, il bat déjà les seniors. Ce jeune talent se voit sélectionné pour les Championnats du monde en 1947 : à dix-neuf ans, il remporte l'épreuve individuelle et le titre par équipes. Aux Jeux de Londres, en 1948, il s'incline en finale de l'épreuve individuelle, battu par son compatriote Jehan Buhan, de seize ans son aîné, mais il participe grandement à la victoire française dans la compétition par équipes. Il est de nouveau champion du monde en 1949, mais des crises d'urémie l'obligent à interrompre sa carrière pendant près de deux ans.

En 1952, aux jeux Olympiques d'Helsinki, il a retrouvé son meilleur niveau : il s'adjuge le titre par éq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  ORIOLA CHRISTIAN D' (1928-2007)  » est également traité dans :

JEUX OLYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Jean DURRY, 
  • Pierre LAGRUE, 
  • Alain LUNZENFICHTER
  • , Universalis
  •  • 15 081 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « 1952. Helsinki »  : […] Pour beaucoup, les Jeux d'Helsinki sont sans doute les plus purs de l'histoire. Un public féru de sport applaudit tous les concurrents, dont les Soviétiques, qui participent pour la première fois aux Jeux, dans un contexte de guerre froide naissante, tandis que les Allemands et les Japonais font leur retour. Du 19 juillet au 3 août, 4 925 sportifs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques/#i_16461

MELBOURNE (JEUX OLYMPIQUES DE) [1956] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 4 081 mots

Dans le chapitre « 26 novembre »  : […] Dans le 800 mètres, à l'issue d'une course tactique, le solide Américain Tom Courtney (1,88 m, 82 kg) fait parler son finish : il déborde le Britannique Derek Johnson dans les derniers mètres et s'adjuge la médaille d'or (1 min 47,7 s, record olympique) devant Johnson (1 min 47,8 s). Comme en 1952, le pasteur Bob Richards (États-Unis) remporte le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/1956-13es-jeux-olympiques-d-ete/#i_16461

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « ORIOLA CHRISTIAN D' - (1928-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-d-oriola/