PIÈCES DE GUERRE, Edward BondFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « postmodernisme » de Bond

Le moment sans durée de l'explosion dévastatrice est donc oblitéré, absent du présent de l'action dramatique, mais resurgit éclaté en une infinité de récits subjectifs et traumatiques. Le « postmodernisme » dont se réclame le dramaturge désigne ici l'impossibilité de se référer désormais à un grand récit commun, garant du progrès humain et du sens de l'Histoire.

Le recours aux dispositifs tragique et épique fonctionne dès lors de façon incomplète. Les meurtres ponctuant la trilogie (le fils tuant son père à la fin de Rouge noir et ignorant, le soldat supprimant son frère au début de Grande Paix) apparaissent comme des situations constitutives de la tragédie, mais sans que leur développement soit mené à son terme. La monstruosité de la situation inaugurale se trouve non pas résolue mais perpétuellement reconduite par un geste paradoxal : la mère en deuil de Grande Paix abandonne à son tour l'enfant qu'une autre femme lui a confié dans le désert ; le Monstre de Rouge noir et ignorant évoque la vie qui aurait pu être la sienne sans la guerre, mais celle-ci se situe de nouveau sous le signe de la violence et de l'impossible sociabilité. La tentation d'une interprétation spirituelle ou hagiographique bute finalement sur la vision qui clôt les Pièces de guerre (le squelette de la Femme sur le sable du désert).

Au théâtre épique brechtien, Bond emprunte la dialectique et les techniques d'inversion, soutenues par le geste de l'affirmation. Mais il recourt ponctuellement à une stratégie d'agression du public, qu'il nomme « aggro-effect » ou « événement théâtral », induisant à l'opposé l'abolition momentanée d'une distance critique. On ne saurait donc nier la dimension didactique des Pièces de guerre, mais à condition de préciser que leur vertu d'apprentissage prend pour objet l'apprentissage lui-même, et que les effets de distanciation qu'elles mobilisent se trouvent eux mêmes distanciés.

La création de la trilogie par la Royal Shakespeare Company, à Londres en 1985, a contribué à éloigner encore Bond des institutions théâtrales de son pays, mouve [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PIÈCES DE GUERRE, Edward Bond  » est également traité dans :

BOND EDWARD (1934- )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 243 mots

Dans le chapitre « Un théâtre du cataclysme »  : […] Edward Bond est né en 1934 à Holloway. Lié dans un premier temps au Royal Court Theatre de Londres, connu comme un laboratoire d'avant-garde, Bond fut associé au Royal Court Writer's Group. Il y acquit, au contact de metteurs en scène comme William Gaskill ou George Devine, une expérience concrète de la scène et du jeu théâtral, dimension qu'il développera par la suite au cours de nombreux atelie […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Rapport final sur la spoliation des juifs. 17 avril 2000

milliards de francs, le reste étant constitué des sommes confisquées aux personnes internées dans les camps français. La mission Mattéoli estime qu'au moins 90 p. 100 des sommes spoliées ont été remboursées depuis la fin de la guerre. Les juifs ont aussi été victimes de pillages effectués […] Lire la suite

Israël. Acquittement de John Ivan Demjanjuk par la Cour suprême. 29 juillet 1993

Après l'examen de nouvelles pièces d'archives et en raison de la fragilité de certains témoignages humains, la Cour suprême acquitte au bénéfice du doute John Ivan Demjanjuk, apatride d'origine ukrainienne, condamné à mort en avril 1988 pour crimes contre l'humanité, crimes contre le peuple juif […] Lire la suite

Pour citer l’article

David LESCOT, « PIÈCES DE GUERRE, Edward Bond - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pieces-de-guerre/