JAROUSSKY PHILIPPE (1978-   )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traditionnellement, il est d’usage d’opposer les emplois de haute-contre – appartenant aux ténors naturels élevés, illustrés par la tragédie lyrique française des xviie et xviiie siècles – à ceux des contre-ténors, véritables vedettes du xviiie siècle italien, qui utilisaient leur tessiture de baryton ou ténor originelle en voix « de fausset ». Cette distinction parait désormais de moins en moins pertinente. En effet, les registres vocaux sont semblables, les techniques d’émission sonore se rapprochent, les couleurs et la virtuosité restent cousines et les répertoires sont pour l’essentiel identiques.

Le renouveau baroque

Ces sopranistes, falsettistes ou non, ont sombré dans un oubli quasi-total pendant près de deux siècles. C’est dans le sillage d’Alfred Deller (1912-1979) qu’ils ont retrouvé une faveur inattendue et accompagné les pionniers du baroque (Nikolaus Harnoncourt, Gustav Leonhardt, Sigiswald Kuijken, John Eliot Gardiner) dans la redécouverte d’un domaine et d’un style abandonnés. Leur champ d’action se révèle aussi vaste que varié avec des œuvres composées par Purcell, Bach, Scarlatti, Monteverdi, Haendel, Vivaldi, Charpentier, Lully, Rameau, sans oublier toutes celles qui, jadis, étaient destinées aux castrats. Les compositeurs de notre temps – Britten, Ligeti, Eötvös, Vaughan Williams ou George Benjamin notamment – n’ont pas manqué de leur manifester eux aussi un vif intérêt. L’engouement public pour ce chant androgyne, à la fois céleste et sensuel, étourdissant et délicat, a favorisé l’éclosion d’un grand nombre de talents nouveaux. Max Emanuel Cencic, Xavier Sabata, Franco Fagioli, David Hansen, Bejun Mehta, Andreas Scholl, René Jacobs, Jeffrey Gall, Lawrence Zazzo, Dominique Visse et quelques autres encore s’assemblent en une constellation dont Philippe Jaroussky est l’une des plus brillantes étoiles.

Philippe Jaroussky et Jennifer Larmore

Philippe Jaroussky et Jennifer Larmore

photographie

La redécouverte des opéras baroques s'est accompagnée d'une redéfinition des emplois masculins. Les contre-ténors participent de cette nouvelle interprétation. Parmi eux Philippe Jaroussky, ici avec Jennifer Larmore dans Orlando furioso d'Antonio Vivaldi au Théâtre des... 

Crédits : Marion Kalter/ AKG-images

Afficher

La famille de Philippe Jaroussky fuit en France la révolution russe de 1917. Son grand-père, inter [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « JAROUSSKY PHILIPPE (1978-   ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-jaroussky/