LASALLE PHILIPPE DE (1723-1804)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Seyssel en Bugey, dans l'Ain, Philippe de Lasalle entra en apprentissage chez le peintre Sarrabat, dont on sait qu'il fut cité, en 1751, parmi les peintres lyonnais capables de former les dessinateurs en soieries. Il convient à ce propos de rappeler le rôle important que jouèrent ces derniers au xviiie siècle et qu'évoque d'ailleurs Joubert de l'Hiberderie dans son ouvrage Le Dessinateur pour les fabriques d'étoffes d'or, d'argent et de soie, paru à Paris en 1765.

Après un apprentissage de quelques années chez Sarrabat, Lasalle partit se perfectionner à Paris, tout d'abord chez deux peintres de l'Académie, Boucher et Bachelier, peintre de fleurs, puis à la Manufacture des Gobelins et à la Savonnerie. De retour, il s'associa au dessinateur-fabricant Charrye, dont il épousa la fille Élisabeth en 1748. Ce lui fut sans doute l'occasion d'accroître encore ses connaissances techniques, dont on sait combien elles étaient nécessaires aux dessinateurs de soieries. Lasalle les possédait mieux que tout autre, allant jusqu'à apporter certains perfectionnements ingénieux au métier à tisser. Aussi retrouve-t-on dans les étoffes exécutées d'après ses dessins les moindres nuances de ses esquisses originales.

Ses compositions, toujours à grande échelle et, le plus souvent, destinées à des tissus d'ameublement, sont presque toujours exécutées suivant la technique du lampas ou du lampas broché sur fond satin ou armuré. Pour donner l'impression de richesse qui émane de ses tentures, tant par le décor que par le matériau ou les couleurs, Lasalle n'eut, en effet, jamais besoin de recourir au velours ou à l'emploi des fils de métal. En revanche, il utilisait beaucoup la chenille de soie, fil spécial qui donnait un velouté caractéristique à ses dessins dont les très grands motifs se déployaient largement sur l'étoffe, évitant ainsi la monotonie des motifs indéfiniment répétés. Peintre remarquable, il choisit essentiellement les fleurs et les animaux (des oiseaux pour la plupart), traités « au naturel », pour thèmes de ses compositions. Des bouqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  LASALLE PHILIPPE DE (1723-1804)  » est également traité dans :

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 657 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tissus français »  : […] La sériciculture avait été introduite dans le sud de la France à peu près à la même époque qu'en Italie, c'est-à-dire vers le début du xiii e  siècle. La cour des papes à Avignon avait attiré de nombreux artisans italiens responsables d'une petite production de velours et de satins. Après le départ des papes en 1377, il faut attendre le milieu du xv e  siècle pour qu'une première tentative d'intro […] Lire la suite

Pour citer l’article

Évelyne GAUDRY, « LASALLE PHILIPPE DE - (1723-1804) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-de-lasalle/