SPENER PHILIPP JAKOB (1635-1705)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chef théologique du piétisme luthérien. Fils d'un juriste alsacien de Ribeauvillé, marqué dans sa jeunesse par des ouvrages d'édification, Spener entreprend à Strasbourg des études de théologie (1651-1659), notamment avec Dannhauer, un luthérien orthodoxe, et d'héraldique, spécialité où il s'affirmera plus tard comme une autorité. Il fait un voyage académique à Bâle, à Genève, à Stuttgart et à Tübingen, avant d'être nommé prédicateur à la cathédrale de Strasbourg (1663) et de passer son doctorat en théologie. Il utilise ses nombreuses relations avec des familles nobles pour diffuser le piétisme. En 1666, il est nommé pasteur à Francfort-sur-le-Main et, en 1686, premier prédicateur de la Cour à Dresde, avant d'achever sa carrière comme pasteur à Berlin.

Ses Pia Desideria (1675), qui sont un manifeste du piétisme, ont connu un retentissement considérable. Spener y dépasse la critique des institutions par une espérance de temps meilleurs, fondée sur la promesse divine. Bien que dignitaire de l'Église, il favorise la tenue à Francfort de conventicules, dont les membres se séparent de l'Église officielle, ce qui suscite des critiques et une polémique antipiétiste. Sa position est rendue difficile également à Leipzig (1689), par des troubles piétistes, et à Berlin, par une querelle interconfessionnelle. Mais, grâce au soutien de la Cour berlinoise, le courant piétiste aboutit à la fondation de l'université de Halle. Un grand nombre de disciples — car Spener s'est toujours voulu un prophète — et une riche correspondance lui assurent une vaste influence.

Ses écrits de circonstance, œuvres d'édification, notamment des sermons et des préfaces, bénéficient d'un prestige presque canonique. Le noyau de sa théologie est constitué par la conversion, qui aboutit à une conception chrétienne fondamentalement individualiste : l'Église est une assemblée d'individus ayant bénéficié d'une nouvelle naissance.

Spener s'est préoccupé de la mission auprès des juifs et des païens, de la pastorale auprès des jeunes (catéchèse) et d'études bibliques pour les adultes.

—  Bernard VOGLER

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur d'histoire de l'Alsace à l'université de Strasbourg-II

Classification


Autres références

«  SPENER PHILIPP JAKOB (1635-1705)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La tolérance religieuse »  : […] L'année 1648 marque, en Allemagne, la fin des guerres religieuses. Il s'est établi, depuis, une tolérance de fait entre les différentes confessions. Dans les âmes d'élite, elle s'épanouit en une volonté d'œcuménisme. Chez la plupart, elle est faite, sans doute, d'une certaine lassitude et aussi d'une identité d'attitude envers la vie et ses problèmes, de l'appartenance à une civilisation commune. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_10759

PIÉTISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 442 mots

Dans le chapitre « Le fondateur Philipp Jakob Spener »  : […] En 1648-1649, les traités de Westphalie permettent d'assouplir fortement le principe du cujus regio, ejus religio . Désormais, plusieurs territoires vont faire l'apprentissage d'un certain pluralisme confessionnel. Mais cela ne peut faire oublier les durs stigmates de la guerre de Trente Ans : les combats, les épidémies, la sous-alimentation, les migrations, etc., ont fait pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pietisme/#i_10759

Pour citer l’article

Bernard VOGLER, « SPENER PHILIPP JAKOB - (1635-1705) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philipp-jakob-spener/