GRÜNBERG PETER (1939-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le physicien allemand Peter Grünberg a reçu le prix Nobel de physique en 2007 pour ses travaux sur les propriétés particulières des matériaux constitués de couches minces. Grünberg naît le 18 mai 1939 à Pilsen (auj. en République tchèque) ; son père, un ingénieur de l'usine Skoda de Pilsen, spécialisée dans la construction des locomotives, meurt en novembre 1945 lors de son internement par les alliés dans un camp de « prisonniers allemands ». En 1946, Grünberg est expatrié avec sa famille vers Lauterbach (état de Hesse, Allemagne). Il commence ses études supérieures à Francfort et les continue à l'université de technologie de Darmstadt, où il soutient sa thèse de doctorat en 1969 sous la direction du professeur Stefan Hüfner. Après un séjour postdoctoral de trois ans à l'université Carleton d'Ottawa (Canada), il devient chercheur permanent à l'Institut du magnétisme qui vient d'être fondé dans le centre de recherches de Jülich, dans la banlieue d'Aix-la-Chapelle. C'est là qu'il effectue ses fructueuses recherches sur les propriétés électromagnétiques des structures solides formées d'alternance de couches cristallines ultraminces ; sa découverte en 1988 du phénomène de magnétorésistance géante, quasi simultanément mais indépendamment de son co-lauréat du prix Nobel, le Français Albert Fert, a ouvert la voie à de nombreuses applications en informatique. De ces travaux est né un nouveau domaine de la physique du solide, la spintronique (ou électronique de spin), dans lequel l'exploitation des propriétés purement quantiques des électrons, et en particulier de l'orientation de leur moment cinétique intrinsèque – le spin – permet de concevoir et fabriquer des circuits de taille nanométrique.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  GRÜNBERG PETER (1939-2018)  » est également traité dans :

FERT ALBERT (1938-    )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 820 mots

de Fert au laboratoire de physique des solides d'Orsay (et de façon indépendante, l'équipe du physicien allemand Peter Grünberg au centre de recherches de Jülich) démontre que les propriétés électriques d'échantillons constitués de couches minces d'atomes métalliques différents sont extrêmement sensibles à leur état magnétique. La valeur de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-fert/#i_55026

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « GRÜNBERG PETER - (1939-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-grunberg/