FERT ALBERT (1938- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le physicien français Albert Fert, né le 7 mars 1938 à Carcassonne, a reçu le prix Nobel de physique en 2007 pour ses découvertes dans le domaine des propriétés électromagnétiques de certaines structures solides et pour sa contribution importante à l'émergence de la spintronique.

Né d'un professeur de physique (au lycée puis à l'université de Toulouse) et d'une enseignante en économie, Albert Fert est admis à l'École normale supérieure en 1957. Il profite de la diversité de la vie culturelle du quartier Latin, se passionne pour le jazz et s'essaye à la réalisation d'un film, mais acquiert surtout une connaissance approfondie des concepts et des méthodes de la mécanique quantique et de la physique statistique, et est initié aux derniers développements de la physique des solides. Son travail de doctorat, soutenu en 1970 au laboratoire de physique des solides de l'université d'Orsay, porte sur une suggestion de Neville Mott (Prix Nobel de physique en 1977) liant la mobilité des électrons dans un métal ferromagnétique à l'orientation de leur spin. Maître-assistant à Grenoble, puis à Orsay, il est nommé professeur en 1976 à l'université de Paris-Sud. En 1995, il est un des fondateurs d'un laboratoire commun du C.N.R.S. et de l'entreprise Thales.

Dès la fin des années 1960, Albert Fert fait progresser la description théorique de l'effet du spin des électrons sur leur mobilité dans des métaux. Une description de l'état solide dans le cadre de la physique quantique permet de comprendre ce phénomène, mais dans un matériau normal, cet effet est faible et n'a guère d'applications. Il en va autrement si on accroît les effets de surface, par exemple dans une structure multicouche, « en mille-feuilles ». Dans les années 1980 apparaissent de nouvelles techniques expérimentales de fabrication de matériaux ; en particulier, l'épitaxie par jet moléculaire permet de faire croître un cristal par superposition de minces couches d'atomes. Cette technique était parfaitement maîtrisée par le groupe de r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  FERT ALBERT (1938- )  » est également traité dans :

NANOTECHNOLOGIES

  • Écrit par 
  • Claude WEISBUCH
  •  • 6 259 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La miniaturisation du stockage magnétique »  : […] Même s'il est moins connu que celui de la microélectronique, le progrès en stockage de l'information n'en est pas moins remarquable. Il s'agit là d'énormes marchés, plus de cinq cents millions de disques durs par an. Leur densité d'enregistrement (les mégabits par centimètre carré) a augmenté de 30 p. 100 par an à partir de 1963, puis de 60 p. 100 par an depuis 1991. Ces améliorations sont, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nanotechnologies/#i_53282

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « FERT ALBERT (1938- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-fert/