FEYERABEND PAUL (1924-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Vienne, mobilisé dans l'armée allemande à dix-huit ans, Paul Feyerabend poursuit ses études à Londres et y refuse à vingt-neuf ans le poste d'assistant que Popper lui proposait, comme il avait refusé un peu plus tôt de devenir l'assistant de Brecht. S'il ne dit pas grand-chose de ce qui le lia à Brecht puis le détourna du théâtre, sinon son regret de n'avoir pas poursuivi dans cette voie, il s'étend en revanche plus longuement sur ses rapports avec Popper, avec qui il entretint des relations passionnelles, allant de l'admiration éperdue, selon certains de ses contemporains, au rejet empreint de ressentiment. En épistémologie, son véritable modèle, qu'il oppose souvent à la normativité qu'il juge stérile de Popper, est Ernst Mach, qu'il a lu dès l'âge de quinze ans et dont il considère l'œuvre comme authentiquement féconde puisque utile au progrès scientifique, inspirant directement Einstein, du propre aveu de celui-ci. Quant à ses références esthétiques, c'est le mouvement dada et son esprit libertaire que Feyerabend invoque, beaucoup plus que Brecht et son style militant. Il y a quelque chose de provocateur chez ce personnage un rien hétéroclite, capable de se réclamer de Mill comme de Dada et de Nietzsche comme de Mach ; quelque chose aussi du don Quichotte chez cet inlassable contempteur de mythes, donnant parfois l'impression de brûler ce qu'il avait lui-même idéalisé et adoré.

L'œuvre est en tout cas assez profondément hybride, ce qui en rend l'évaluation objective relativement malaisée. Feyerabend tient toujours, en effet, comme deux discours entrelacés : un discours de spécialiste solidement informé, un discours de généraliste passablement imprudent.

Si, même au premier niveau, strictement épistémologique, le discours est provocateur, il aurait pu rester, toutefois, clairement isolé du second, dans le style académique du Stuart Mill du livre “Des sophismes” (Système de logique) ; certaines [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, docteur en sciences humaines (sociologie), maître de conférences à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  FEYERABEND PAUL (1924-1994)  » est également traité dans :

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 634 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le problème de la croissance des connaissances »  : […] Il est aujourd'hui entendu qu'on ne peut plus soutenir, comme Turgot au xviii e  siècle, que « tout sort de la marche générale de l'esprit ». L'humanité a commencé par les pieds. « La pensée, écrit André Leroi-Gourhan, n'a pas fracassé les cloisons anatomiques pour se construire un cerveau. » Mais pouvait-on facilement admettre que le silex ait p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progres/#i_96831

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « La raison et la connaissance »  : […] Être rationaliste, c'est assurément d'abord accorder un statut sans équivoque à ce que nous connaissons par expérience à travers le truchement de nos sens. Se proposer de reconstruire intégralement toute notre connaissance du monde par le seul effort d'une pensée abstraite ne saurait être une position tenable aujourd'hui, et procéderait d'une espèce d'hyperrationalisme tournant à vide. Un rational […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_96831

Pour citer l’article

Alban BOUVIER, « FEYERABEND PAUL - (1924-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-feyerabend/