DOUMER PAUL (1857-1932)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d’État français, né le 22 mars 1857 à Aurillac (Cantal), mort le 7 mai 1932 à Paris.

Fils de cheminot, lui-même ouvrier graveur, Joseph Athanase Paul Doumer s’élève rapidement dans l’échelle sociale : ancien élève du Conservatoire national des arts et métiers, licencié de mathématiques (1877) et licencié en droit (1878), enseignant, il devient franc-maçon et, après avoir exercé comme journaliste à Laon, est élu député radical de l’Aisne (1888) puis de l’Yonne (1891). Sa réputation d’expert fiscal le mène, en 1895, à la fonction de ministre des Finances du cabinet Léon Bourgeois. Il échoue à introduire un impôt sur le revenu ; l’année suivante, il est nommé gouverneur général de l’Indochine française.

Paul Doumer sera l’un des gouverneurs généraux de l’Indochine les plus entreprenants. À l’inverse de nombre de ses prédécesseurs et successeurs, il occupe ce poste pendant une assez longue période (1897-1902) et se propose des objectifs clairement définis. Ses principales réussites sont la consolidation de l’autorité du gouverneur général sur les administrateurs des différentes composantes de l’Union indochinoise, et la mise en place de bases solides pour l’économie coloniale. Si les Français saluent cette dernière initiative, elle implique une pression fiscale qui provoque un fort ressentiment dans la population locale.

Réélu dans l’Aisne en 1902, Paul Doumer retourne à la Chambre des députés, qu’il préside de 1905 à 1906, avant de siéger au Sénat à partir de 1912 comme représentant de la Corse. En 1903, il écrit L’Indochine française et, en 1906, Le Livre de mes fils. De 1927 à 1931, il est président du Sénat et de la commission des Finances. Auparavant, il a été ministre des Finances du cabinet Briand de janvier 1921 à janvier 1922 et de décembre 1925 à mars 1926.

L’accession de Paul Doumer à la présidence, le 13 mai 1931, est bien accueillie par l’opinion publique. Le successeur de Gaston Doumergue gère avec succès les crises ministérielles provoquées par les décès d’André Maginot et d’Aristide Briand. Le 6 mai 1932, il tombe sous les balles d’un anarchiste russe, Paul Gorgulov.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  DOUMER PAUL (1857-1932)  » est également traité dans :

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 808 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les règnes de Sisowath et de Monivong »  : […] Désirant changer de politique, Doumer (nommé gouverneur général en 1897) passa de nouveaux accords avec le roi. En contrepartie de la restitution d'une partie de ses prérogatives, le roi accepta une sorte de constitution (11 juillet 1897). Mais son pouvoir restait nominal et honorifique. En droit comme en fait, et bien qu'assisté de ministres khmers, le résident supérieur de France demeura le vér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cambodge/#i_30135

LAOS

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Madeleine GITEAU, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Paul LÉVY, 
  • Christian TAILLARD
  •  • 20 133 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le protectorat français »  : […] En 1893, le Laos ne représentait pas une entité politique. Seul le royaume de Luang Prabang, dernier vestige du Lan Xang, conservait encore l'apparence d'un État. Les royaumes de Vientiane, de Xieng Khouang et de Bassac avaient disparu. Des familles princières continuaient cependant à y exercer une certaine autorité. La France considéra l'ensemble comme de simples territoires où elle devait désorm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laos/#i_30135

VIETNAM

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Pierre-Bernard LAFONT, 
  • NGUYÊN TRÂN HUÂN, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Matthieu SALOMON, 
  • Stéphanie SOUHAITÉ, 
  • Christian TAILLARD
  • , Universalis
  •  • 46 526 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « La conquête française (1858-1895) »  : […] En août 1858, le Vietnam est attaqué par la France et l'Espagne, qui s'emparent de Danang (Tourane). Madrid abandonne l'entreprise après l'échec d'une tentative contre Huê. La France persiste. Ses forces s'emparent de Saigon (févr. 1859), la capitale du Sud, puis des provinces orientales du Nam-Ky (Cochinchine), que Huê doit céder, après une résistance militaire acharnée et une longue négociation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vietnam/#i_30135

Pour citer l’article

« DOUMER PAUL - (1857-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-doumer/