PARTAGE DE L'EMPIRE ROMAIN, en bref

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contrairement à ce qui est couramment admis, la date de 395, qui marque le partage de l'Empire romain en une pars occidentalis et une pars orientalis, n'est pas significative d'une volonté de désolidarisation qui aurait permis à l'Orient de se désengager de la question barbare et conduit l'Occident à sa perte. Quand Théodose Ier le Grand décida d'une corégence en confiant à ses deux fils Honorius et Arcadius les deux parts de l'Empire, il ne fit que reproduire la situation qui avait existé de 364 à 375, avec les co-empereurs Valentinien et Valens. Bien plus, Théodose avait demandé à Stilicon, généralissime des armées d'origine barbare – il était vandale –, d'être le tuteur des deux jeunes co-empereurs, ce qui était un facteur d'unité. En réalité, c'est en 408 que tout se joua, lors de la mort prématurée d'Arcadius. Alors qu'il venait d'installer Théodose II, le successeur d'Arcadius, Stilicon fut assassiné, ce qui mettait un terme au projet d'Empire unitaire qui avait été celui de Théodose Ier. C'est à ce moment que l'Empire d'Orient commença à jouer cavalier seul, ne venant pas, pour la première fois dans l'histoire de l'Empire, au secours de sa partie occidentale quand les Wisigoths d'Alaric menacèrent Rome à partir de 408, en mettant la ville à sac en 410.

—  Patrick PÉRIN

Écrit par :

  • : directeur du musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye

Classification

Pour citer l’article

Patrick PÉRIN, « PARTAGE DE L'EMPIRE ROMAIN, en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/partage-de-l-empire-romain-en-bref/