Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PARLEMENT EUROPÉEN

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Un parlementarisme fonctionnaliste

L’originalité du Parlement européen ne réside pas seulement dans les moyens qu’il a mis en œuvre pour obtenir ses pouvoirs, mais également dans la façon dont il en use. À l’image du système politique dans lequel elle opère, l’assemblée strasbourgeoise se révèle en effet profondément fonctionnaliste, c’est-à-dire soucieuse de résultats et ouverte aux compromis. Parlementarisation et fonctionnalisme se sont révélés profondément compatibles, le Parlement européen se faisant de facto le successeur du technocratisme transnational utopique des années 1950 par d’autres moyens – ceux de la délibération rationalisée et de l’intégration d’élites partisanes spécialisées au processus de décision européen. C’est dans ce cadre que les eurodéputés ont dû accepter de jouer un jeu dont ils étaient rarement les pièces centrales et dont les règles se distinguaient nettement de l’ethos parlementaire traditionnel – y compris pour des Européens du Nord. Les élus doivent notamment, au sein de chaque commission, faire confiance à des rapporteurs principaux et à des « rapporteurs de l’ombre », chargés de trouver un compromis entre eux, puis de négocier secrètement et longuement avec des représentants de la Commission et du Conseil de l’UE au sein de « trilogues » (réunions tripartites) particulièrement techniques.

Une sorte de parlementarisme du compromis, passablement terne, est ainsi à l’œuvre au sein des institutions de l’UE. Dans près de 90 % des cas, les principaux groupes politiques – notamment les socio-démocrates, les démocrates-chrétiens et les libéraux – parviennent à trouver un accord. La séance plénière sert alors à valider rapidement ce compromis âprement mais confidentiellement disputé, sans qu’on puisse apporter à ce stade de nouveaux amendements ni se risquer à de nouvelles lectures. Les dirigeants du Parlement européen et la puissante structure administrative de celui-ci entendent ainsi faire la démonstration de leur utilité. De leur point de vue, c’est parce qu’elle en fait un usage modéré, responsable et constructif, que l’assemblée strasbourgeoise a mérité ses nouvelles prérogatives octroyées par les traités, et qu’elle mériterait d’en obtenir d’autres à l’avenir. Ainsi, afin de démontrer qu’il n’est pas un facteur de blocage de la machine européenne, le Parlement européen a-t-il dû en accepter les règles au moyen d’un processus d’autorationalisation relativement unique dans l’histoire.

La quête pavlovienne du compromis a certes ses détracteurs au sein du Parlement européen. Cependant, ceux-ci sont presque systématiquement marginalisés dans des groupes politiques secondaires ou se voient refuser l’accès aux positions d’influence. La relative confidentialité médiatique du Parlement favorise du reste les partisans du compromis : le poids des opinions publiques nationales ou d’une opinion européenne encore virtuelle n’est qu’un élément parmi d’autres de la négociation – y compris lorsqu’un projet est impopulaire. On aboutit ainsi à un paradoxe majeur : le Parlement européen s’est affirmé grâce au suffrage universel, mais il participe au compromis européen en raison de la faible visibilité de ses travaux.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur associé, Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po, Paris

Classification

Pour citer cet article

Olivier ROZENBERG. PARLEMENT EUROPÉEN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 21/03/2024

Médias

Parlement européen, Strasbourg - crédits : Arterra/ Universal Images Group/ Getty Images

Parlement européen, Strasbourg

Institutions politiques de l’Union européenne - crédits : Encyclopædia Universalis France

Institutions politiques de l’Union européenne

Séance du Parlement de Strasbourg - crédits :  Parlement européen

Séance du Parlement de Strasbourg

Autres références

  • UNION EUROPÉENNE (HISTOIRE DE L')

    • Écrit par
    • 9 509 mots
    • 8 médias
    ...fédéralistes européens, il devint commissaire européen de 1970 à 1976, puis député européen (apparenté au groupe communiste). En 1984, il fit adopter par le Parlement européen un « projet de traité instituant l’Union européenne » assez fédéraliste, qui fut rejeté par les Parlements nationaux, mais qui inspira...
  • BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT (BEI)

    • Écrit par
    • 2 348 mots
    ...européenne, qui accepte de se voir dépossédée de volumes croissants de fonds budgétaires jadis utilisés à des fins de subventions, se structure, et sesrelations avec le Parlement européen, chargé de superviser la mise en œuvre des mandats politiques donnés à la BEI et au FEI, s’améliorent.
  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

    • Écrit par
    • 6 934 mots
    • 4 médias
    ...que fut décidée, dès décembre 1974, la création du Conseil européen des chefs d'État et de gouvernement, mais il fut dans le même temps prévu d'élire le Parlement européen au suffrage universel direct. La mise en œuvre de cette mesure fut longue et les premières élections n'eurent lieu qu'en juin 1979....
  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

    • Écrit par
    • 9 350 mots
    • 6 médias
    La division de la droite modérée est une nouvelle fois mise en évidence à l'occasion des élections duParlement européen en 1999. Le R.P.R. n'arrive à faire liste commune qu'avec Démocratie libérale. Philippe Séguin, président du R.P.R., qui devait conduire la liste avec Alain Madelin, démissionne...
  • Afficher les 22 références