STEINERT OTTO (1915-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Photographe allemand, Otto Steinert est né le 12 juillet 1915 à Sarrebruck.

De 1934 à 1939, il fait des études de médecine dans plusieurs universités et exerce cette profession en tant qu'officier pendant la guerre. Il revient à Sarrebruck, grandement dévastée par les bombardements ; sa famille survie, mais sa demeure est détruite. Vers 1947, il abandonne la médecine et ouvre un atelier de photographie artistique. Photographe officiel du théâtre de Sarrebruck, il expérimente les possibilités techniques de ce procédé en s’inspirant des recherches du Bauhaus. En 1948, Hermann Henry Gowa, directeur du Centre des métiers d’art sarrois (Staatliche Schule für Kunst und Handwerk, Sarrebruck), lui propose d’ouvrir et de diriger la classe de photographie.

En 1949, Steinert fonde le groupe fotoform avec Toni Schneiders, Peter Keetman et Ludwig Windstoßer. Il en devient rapidement le chef de file. Ils créent des images abstraites, souvent en prenant en gros plan des motifs de la nature ou en manipulant des négatifs et des épreuves. Fotoform présente ses travaux avant-gardistes à l'exposition Photokina de Cologne en 1950.

C’est à l’école de Sarrebruck qu’Otto Steinert met au point le concept de subjektive fotografie avec son collègue l’historien de l’art Josef Adolf Schmoll (dit Eisenwerth) : « la formule souligne le caractère essentiel : c’est-à-dire la personnalité créatrice du photographe » (Steinert, 1951). Ils organisent durant l’été 1951 une « exposition universelle de photographie moderne » qui met à l'honneur les différents styles de photographie. Cet événement réunit tous les photographes connus du moment dont Christer Strömholm, Henri Cartier-Bresson ainsi que leurs grands prédécesseurs comme Herbert Bayer, László Moholy-Nagy et Man Ray.

À partir de 1952, Steinert est nommé directeur de la Staatliche Werkkunstschule de Sarrebruck. Les deux premières expositions subjektive fotografie (1951 et 1954) ont eu un fort retentissement sur le plan international. La troisième, en 1958, marque l’annonce de la fin du concept.

L’année suivante, Otto Steinert accepte la fonction de directeur de la Folkwangschule für Gestaltung d'Essen qui devient un centre européen de la photographie. À partir de 1961, il fonde la collection photographique du Folkwang Museum, qu’il dirige jusqu’à sa mort, survenue le 3 mars 1978, à Essen.

—  Axelle FARIAT, Universalis

Bibliographie

U. Herrmann, Otto Steinert und sein fotografisches Werk, Kassel university press, Kassel, 2001

T. Koenig, Otto Steinerts Konzept « Sobjektive Fotografie » (1951-1958), Tuduv, Munich, 1988

Otto Steinert und Schüler Fotografie und Ausbildung, 1948 bis 1978, Museum Folkwang, Essen, 1990.

Écrit par :

  • : docteure en histoire de l'art, enseignante-chercheuse à l'université de Strasbourg

Classification


Autres références

«  STEINERT OTTO (1915-1978)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « La photographie subjective »  : […] La photographie de libre expression ou photographie subjective a eu une vogue parallèle à celle de l'art abstrait en peinture . Aux États-Unis, László Moholy-Nagy, venu du Bauhaus, enseignait à Chicago l'intégration des procédés photographiques à une expérimentation plastique totalement libérée (jeux de lumières -photogrammes) . Il marqua les Américains Harry Callahan et Aaron Siskind et leurs élè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_33220

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 133 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les tendances suivantes »  : […] Après le reflux de la « photographie pure », une simplification commode consistait à classer les photographies en « abstraites » et « réalistes ». Mais cette simplification violait la relation phénoménologique inévitable : il n'y a pas deux rapports différents de l'œil (ou de l'objectif) à un objet quel qu'il soit. Tout au plus se vit-il supplanté par sa propre image à raison de la « déformation » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-le-statut-esthetique/#i_33220

Pour citer l’article

Axelle FARIAT, « STEINERT OTTO - (1915-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-steinert/