PANIZZA OSKAR (1853-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain maudit s'il en fut, Panizza n'a cessé de mener un combat solitaire contre les préjugés qu'entretiennent les diverses formes de tyrannies civile et religieuse. Dès son enfance à Bad Kissingen (Bavière), où il est né le 12 novembre 1853, il fait l'objet d'une bataille juridique et religieuse entre les autorités catholiques, qui entendent imposer les dernières volontés du père défunt, et une mère protestante, qui a juré de faire de son fils un pasteur. « Sursaturé de religion » dans un institut piétiste de Kornthal (Wurtemberg), il décourage très vite les ambitions maternelles. Après des études musicales puis commerciales à Munich, il se tourne vers la littérature en 1872. Son service militaire témoigne d'un sens aigu de la désobéissance passive et d'un mauvais esprit fréquemment sanctionné. En 1875, il se déclare athée, s'inscrit à la faculté de médecine de Munich, entre, en 1882, comme médecin assistant à l'asile d'aliénés de la ville. Il quitte la profession lorsqu'une rente annuelle lui permet de se consacrer à l'écriture et de publier plusieurs recueils de poèmes.

En 1891, sa nouvelle, Le Crime de Tavistock Square, est interdite pour immoralité. Sommé par l'armée de renoncer à la littérature d'avant-garde, il passe outre, est expulsé de l'association militaire, donne Journal d'un chien, se réfugie à Zurich, où il publie sous pseudonyme L'Immaculée Conception des papes (1893) et Le Michel allemand et le pape romain (1894). Sa pièce Le Concile d'amour lui vaut un procès et une condamnation à un an de prison (la première représentation n'aura lieu qu'en 1969, à Paris). Libéré sous caution, il s'installe à Zurich, écrit Dialogues dans l'esprit de Hutten (1895), puis est expulsé de la ville où il a publié son pamphlet Psychopathia criminalis. Il y dénonçait, avec une ironie féroce, l'aisance avec laquelle le pouvoir assimile à une forme de folie le comportement de quiconque contrevient à ses impératifs. Exilé à Paris, il produit sous le titre de Parisiana (1900) une satire

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « PANIZZA OSKAR - (1853-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oskar-panizza/