SCALFARO OSCAR LUIGI (1918-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État italien, Oscar Luigi Scalfaro marqua par sa probité et sa rigueur morale la fonction présidentielle, qu'il exerça de 1992 à 1999, alors que son pays connaissait une période d'instabilité politique.

Oscar Luigi Scalfaro est né le 9 septembre 1918 à Novare (Piémont). Il étudie à l'université catholique du Sacré-Cœur de Milan, puis commence sa carrière comme procureur de l'État. Élu de la Démocratie chrétienne à l'Assemblée constituante de 1946, il participe à la rédaction de la Constitution d'après guerre. Deux ans plus tard, il entre dans la toute nouvelle Chambre des députés, où il siégera pendant plus de quatre décennies.

Durant sa vie politique, il exerce diverses responsabilités au sein de son parti et de la Chambre basse, qu'il préside pendant un mois en 1992, avant d'être élu à la tête de l'État. Il est également membre de plusieurs cabinets ministériels – il est notamment ministre de l'Intérieur de 1983 à 1987 dans le gouvernement du socialiste Bettino Craxi. En 1987, il se voit confier la formation d'un nouveau gouvernement, mais il ne parvient pas à le constituer.

Le 25 mai 1992, après quelque deux semaines de négociations infructueuses, les grands électeurs portent Oscar Luigi Scalfaro, candidat du compromis, à la présidence de la République – le poste de président de la République est essentiellement honorifique en Italie. En dépit de l'intégrité personnelle du nouveau chef de l'État, son mandat est marqué par la violence, une affaire de corruption généralisée (Tangentopoli) et une profonde modification de l'échiquier politique. Ainsi, la Démocratie chrétienne, qui a longtemps dominé la vie politique italienne, disparaît après avoir changé de nom et connu quelques dissidences. À la fin de son mandat, en 1999, Oscar Luigi Scalfaro est nommé de droit sénateur à vie. Il meurt le 29 janvier 2012 à Rome.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  SCALFARO OSCAR LUIGI (1918-2012)  » est également traité dans :

CIAMPI CARLO AZEGLIO (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Alessandro GIACONE
  •  • 922 mots

À travers les diverses fonctions qu’il a occupées, Carlo Azeglio Ciampi a profondément marqué la vie de l’Italie contemporaine. Né à Livourne (Toscane) le 9 décembre 1920, il fait des études de lettres à l’École normale de Pise. Mobilisé en 1941, il rejoint l’armée italienne en Albanie. Le 8 septembre 1943, il se trouve en permission en Italie lorsqu’il apprend la signature de l’armistice. Il déci […] Lire la suite

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 392 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'élection du président de la République »  : […] La démission anticipée de quelques semaines de Francesco Cossiga le 25 avril 1992 déclenche les grandes manœuvres dans les partis, qui pensent encore pouvoir imposer un des candidats à sa succession faisant l'objet d'un intense marchandage entre eux : Bettino Craxi, Arnaldo Forlani ou Giulio Andreotti. Lorsqu'au quatrième tour de scrutin la coalition quadripartite s'entend sur le nom du secrétaire […] Lire la suite

Les derniers événements

13 mai 1999 • Italie • Élection de Carlo Azeglio Ciampi à la présidence.

Les grands électeurs élisent Carlo Azeglio Ciampi à la présidence de la République en remplacement d'Oscar Luigi Scalfaro. Faisant l'objet d'une quasi-unanimité au sein de la classe politique, Carlo Azeglio Ciampi est élu dès le premier tour de scrutin, avec 71,4 p. 100 des suffrages. Le nouveau [...] Lire la suite

4-23 octobre 1998 • Italie • Nomination de Massimo D'Alema à la présidence du Conseil.

du secrétariat général. Le 7, bravant les directives de son parti, il décide de soutenir le gouvernement. Le 9, Romano Prodi, président du Conseil depuis mai 1996, présente sa démission après que la Chambre lui a refusé sa confiance, à une voix près. Chargé par le président Oscar Luigi Scalfaro [...] Lire la suite

7-14 octobre 1997 • Italie • Crise politique provoquée par Rifondazione comunista.

, les refondateurs concluent un accord avec la coalition de L'Olivier. Ils acceptent de voter le budget en échange d'aménagements mineurs et de la promesse du gouvernement d'établir un projet de loi instaurant la semaine de trente-cinq heures en l'an 2001. Le président Oscar Luigi Scalfaro confirme Romano Prodi à son poste.  [...] Lire la suite

12-31 mai 1996 • Italie • Formation du gouvernement de Romano Prodi.

les provinces septentrionales du pays. Le 17, Romano Prodi, chef de la coalition de gauche L'Olivier qui a remporté les élections législatives d'avril, présente le gouvernement que le président Oscar Luigi Scalfaro l'avait chargé, la veille, de former. Fort de vingt membres, il compte neuf ex [...] Lire la suite

1er-23 février 1996 • Italie • Dissolution des deux chambres.

Le 1er, le président Oscar Luigi Scalfaro charge Antonio Maccanico, juriste constitutionnel et ancien ministre, de former un gouvernement. Le 14, faute d'un compromis entre le Pôle des libertés dirigé par Silvio Berlusconi et L'Olivier, alliance de gauche dominée [...] Lire la suite

11 janvier 1996 • Italie • Démission du président du Conseil Lamberto Dini.

Le président Oscar Luigi Scalfaro accepte la démission du gouvernement que lui présente Lamberto Dini, président du Conseil depuis janvier 1995. En décembre 1995, il avait refusé sa précédente démission et avait renvoyé Lamberto Dini devant le Parlement. Au terme de trois jours de débats [...] Lire la suite

30 décembre 1995 • Italie • La démission du président du Conseil refusée par le président.

Le président du Conseil, Lamberto Dini, chef d'un gouvernement « transitoire » nommé en janvier, présente sa démission au président Oscar Luigi Scalfaro, qui la refuse. En un an, Lamberto Dini est parvenu à assainir les finances publiques et à restaurer la confiance dans l'économie italienne [...] Lire la suite

13-25 janvier 1995 • Italie • Nomination de Lamberto Dini à la présidence du Conseil.

Le 13, le président Oscar Luigi Scalfaro charge Lamberto Dini, ministre du Trésor du cabinet de Silvio Berlusconi, démissionnaire depuis décembre 1994, de former un nouveau gouvernement. La désignation de ce technicien, ancien directeur de la banque centrale d'Italie, rassure les marchés [...] Lire la suite

13-22 décembre 1994 • Italie • Démission du président du Conseil Silvio Berlusconi.

houleuse à la Chambre des députés qui consacre la dissolution de sa coalition, et sans attendre le scrutin sur les motions de censure, Silvio Berlusconi remet la démission de son gouvernement au président Oscar Luigi Scalfaro, mettant ainsi fin à huit mois de « deuxième République ». Silvio Berlusconi demande l'organisation d'élections législatives anticipées que rejettent les autres formations, et auxquelles le président Scalfaro n'est pas favorable.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

« SCALFARO OSCAR LUIGI - (1918-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-luigi-scalfaro/