VELI ORHAN (1914-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète turc contemporain. Mort à trente-six ans d'une congestion cérébrale, il laisse cinq petits livres de poèmes, réunis aujourd'hui en un volume, ainsi que des essais critiques sur l'art et des traductions de poètes français. Dès la parution de ses premiers vers dans une revue (1936), il annonce son dessein qui est de lutter contre le classicisme, sa mesure et sa rime triviales et surannées, contre les lieux communs et contre la routine du style lyrique. Ces valeurs, Orhan Veli les combat et les détruit, mais en contrepartie il crée une nouvelle langue poétique. Son premier recueil, Étrange (Garip, 1941), contient des textes de ses amis du Renouveau, O. Rifat et M. C. Anday. Cette œuvre provoqua un déferlement de haine dans les milieux conservateurs, car tous les poèmes étaient en vers libres et l'auteur s'exprimait en un langage parlé courant et accessible à tous. En 1945, il publie un deuxième livre, œuvre introspective traitant de l'amour, de la solitude, mais toujours sur un ton plein d'ironie et de naturel. Les deux recueils suivants témoignent d'un style épuré. Contre (Karšī, 1949), sa dernière œuvre, montre un auteur occupé de questions sociales et soucieux de rejoindre les soucis quotidiens du peuple.

Par son goût de la vie bohème, sa quête de « paradis artificiels » par l'alcool, Orhan Veli rappelle les parnassiens ; alors que son refus des valeurs établies, son désir constant de remise en question de la littérature, de sa poésie comme de sa vie le rapprochent du surréalisme, qui l'intéressait beaucoup. Orhan Veli est un rénovateur de la poésie turque ; il l'a enrichie de termes et de formes nouvelles, il l'a débarrassée de ses fioritures, de ses clichés, de son style pompeux et de son tour sentencieux. Il s'est penché sur des thèmes particuliers, celui des petites gens, des miséreux d'Istanbul, ville qui le fascinait, sur sa beauté et son désordre ; sur la vie, en quelque sorte ; Orhan Veli avait une inlassable curiosité de la vie et de toutes les sensations qu'elle pouvait offrir.

—  Gayé PETEK-SALOM

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VELI ORHAN (1914-1950)  » est également traité dans :

ANDAY MELIH CEVDET (1915-2002)

  • Écrit par 
  • Gayé PETEK-SALOM
  •  • 249 mots

Originaire d'Istanbul, Melih Cevdet Anday est l'un des écrivains les plus éclectiques de la littérature turque contemporaine. Membre avec Orhan Veli et Oktay Rifat du groupe dit Étrange ( Garip ) — du nom de leur premier livre commun qui, en 1941, bouleversa les structures de la poésie classique —, il est également essayiste, auteur dramatique et romancier. Progressiste en politique, intéressé par […] Lire la suite

RIFAT OKTAY (1914-1988)

  • Écrit par 
  • Gayé PETEK-SALOM
  •  • 320 mots

Dans la littérature turque, le nom d'Oktay Rifat est indissociable de ceux de ses amis, Orhan Veli et Melih Cevdet Anday, avec lesquels il publia un livre commun. Toutefois, son non-conformisme n'a jamais été aussi virulent que celui d'Orhan Veli : la déclaration de guerre aux poncifs, le caractère bohème de ce dernier ne se retrouvent pas chez Oktay Rifat, beaucoup plus sensible, plus porté vers […] Lire la suite

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 631 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La naissance d’une poésie nouvelle »  : […] La République va susciter l'émergence d'une « littérature nationale » dotée d'une langue radicalement rénovée. Parmi les premiers représentants de cette nouvelle aire, on doit mentionner, entre autres, l'auteur de l'hymne national, Mehmet Akif Ersoy (1873-1936), ainsi que Mehmet Emin Yurdakul (1869-1944) et Faruk Nafiz Çamlibel (1898-1973). Nazim Hikmet (1901-1963) est incontestablement la figure […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gayé PETEK-SALOM, « VELI ORHAN - (1914-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orhan-veli/