GRANDMONT ORDRE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ordre religieux dépendant de l'abbaye de Grandmont située dans les monts d'Ambazac (Haute-Vienne), où se groupèrent au xiie siècle quelques disciples de saint Étienne de Muret (mort en 1124), pour y mener une vie strictement érémitique. Vers 1150-1160, le quatrième prieur, Étienne de Liciac (1139-1163) condensa dans une règle les exemples et enseignements du fondateur. Imposant des restrictions sévères en matière de propriété collective (on ne devait posséder ni bétail ni revenus fixes), ôtant le droit de se plaindre en justice, la règle assurait aux frères clercs le maximum de recueillement en donnant aux convers toute autorité sur le plan temporel ; la responsabilité générale sur les personnes était aux mains du prieur.

Les Grandmontains purent, comme les Chartreux, sauvegarder leur indépendance, tandis que les groupements érémitiques similaires étaient peu à peu absorbés par les grands ordres monastiques ou canoniaux. Favorisée par les Plantagenêts, leur expansion fut aussi rapide au xiie siècle que celle des Cisterciens, atteignant près de cent cinquante maisons en France et en Angleterre, multipliant les constructions les plus dépouillées de toute l'architecture monastique médiévale.

L'essor fut brisé à deux reprises (1185-1188, 1214-1220) par des révoltes des convers. Au xiiie siècle, les interventions des papes pour apaiser des querelles nées des insuffisances de la règle en matière de gouvernement réalisèrent progressivement l'alignement sur les grandes familles monastiques, dont Grandmont subit les vicissitudes au cours des siècles suivants. Un regain de vitalité se manifesta encore en quelques monastères au xviie siècle avec l'appui de Richelieu et de Vincent de Paul. En 1770, la commission des Réguliers supprima ce qui restait de cette étroite observance. Cela entraîna vite la dispersion totale de la centaine de religieux qui subsistaient. Les bâtiments de l'abbaye de Grandmont furent démolis en 1817.

—  André DUVAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRANDMONT ORDRE DE  » est également traité dans :

ÉTIENNE DE MURET saint (1048 env.-1124)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 191 mots

Pendant quarante-six ans, Étienne aurait été ermite à Muret, près d'Ambazac (Haute-Vienne), vivant de bouillie de seigle et d'eau, portant une cuirasse à même la peau, se servant des mêmes vêtements toute l'année et couchant dans une fosse creusée dans la terre. Il recevait beaucoup de visiteurs venus lui demander des consolations, des secours, des guérisons. Il mourut sans laisser aucun écrit. Se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-de-muret/#i_37669

MOYEN ÂGE - Le monde médiéval

  • Écrit par 
  • Léopold GÉNICOT
  •  • 12 274 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vision carolingienne et romane »  : […] Les débuts du Moyen Âge ont été marqués, dans l'ordre politique et social, par la prépondérance barbare et, dans celui de l'esprit, par la lutte du christianisme contre les croyances et les pratiques païennes et par le rôle du monachisme et de son attitude de retrait, de « mépris » du monde. L'individu y était pris dans des groupes fondés sur la naissance, l'engagement personnel, le voisinage ; il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-le-monde-medieval/#i_37669

Pour citer l’article

André DUVAL, « GRANDMONT ORDRE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-de-grandmont/