Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉTIENNE DE MURET saint (1048 env.-1124)

Pendant quarante-six ans, Étienne aurait été ermite à Muret, près d'Ambazac (Haute-Vienne), vivant de bouillie de seigle et d'eau, portant une cuirasse à même la peau, se servant des mêmes vêtements toute l'année et couchant dans une fosse creusée dans la terre. Il recevait beaucoup de visiteurs venus lui demander des consolations, des secours, des guérisons. Il mourut sans laisser aucun écrit. Ses disciples se transportèrent à Grandmont près de Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Au milieu du xiie siècle, Hugues de Lacerta réunit les Pensées du saint et Étienne de Liciac composa une règle. À ces œuvres vinrent s'ajouter une Vie du saint et des Coutumes.

L'ordre de Grandmont était constitué de petites communautés à la vie austère mais moins structurée que dans les monastères. L'administration temporelle était confiée exclusivement aux convers, ce qui amena des conflits. Les Grandmontains furent connus sous le nom populaire de Bons Hommes. Leur ordre subsista jusqu'au xviiie siècle. Saint Étienne de Muret est fêté le 8 février.

— Jacques DUBOIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Pour citer cet article

Jacques DUBOIS. ÉTIENNE DE MURET saint (1048 env.-1124) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009