ORDOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom désignant à la fois un peuple mongol et la contrée qu'il occupe depuis la fin du xve siècle : en gros le Hetao (ou Borotoqai en mongol), soit la région comprise dans la grande boucle que dessine le fleuve Jaune au nord de la grande muraille de Chine (des divagations du fleuve Jaune postérieures au xve siècle ont laissé quelques morceaux du territoire ordos en dehors de son tracé actuel, au nord-est et au nord-ouest), incluse, à l'époque du Guomindang, dans la province du Suiyuan, érigée en 1951 en région autonome, puis incorporée en 1954 à la région autonome de Mongolie-Intérieure en même temps que le Suiyuan. Étendu sur 120 000 km2, à une altitude moyenne de 300 mètres au-dessus du cours du fleuve, le pays, qui géologiquement se rattache à la vieille plate-forme du continent sinien et repose sur les mêmes sous-sols que le nord de la Chine, a reçu des revêtements de sédiments puis de sable identiques à ceux du Gobi. Sauf dans la vallée du fleuve Jaune, l'ensemble du pays est aride et pauvre, coupé de collines ravinées dans le nord, sillonné de dunes est-ouest dans le sud ; mais les cuvettes d'eau douce y sont relativement fréquentes, marquées d'une végétation buissonneuse et de pâturages à l'herbe rare, mais nutritive pour le bétail.

Le peuple ordos, jadis réputé pour son ardeur combative, a joué un grand rôle dans les luttes qui ont brassé les ethnies mongoles du xve siècle au premier quart du xviie siècle, et il a été redouté des Ming pour ses razzias dans le limes chinois. Sa zone d'habitat s'étendait alors bien au-delà du Hetao ; mais il sera privé, au bénéfice de ses frères de race, successivement de l'Alašan (en 1686) et de l'Edzin-gol (en 1731). Soumis depuis 1635 au souverain mandchou, peu avant la fondation de la dynastie sino-mandchoue des Qing, il perd son indépendance à partir de 1649 et se trouve intégré dans le système des bannières. Organisé d'abord en six bannières (qošigun, ou khošūn en mongol moderne), il en compte sept à partir de 1736. Ces bannières, unies dans la confédération dite du Grand Temple (Yeke-jū-yin čigulgan) et commandées jusqu' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)

Classification


Autres références

«  ORDOS  » est également traité dans :

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 863 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le climat »  : […] En raison de la distance qui sépare le nord du sud chinois, l'angle d'incidence du soleil et la longueur des journées varient beaucoup sur le territoire. Près de Mohe, dans la province du Heilongjiang, le jour le plus long de l'année compte dix-sept heures et le plus court dix heures. L'île de Hainan enregistre une différence de deux heures seulement, avec treize et onze heures. Une large gamme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-cadre-naturel/#i_21736

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les pays du lœss »  : […] Les pays du lœss présentent une architecture assez simple. Les grandes fractures de l'orogenèse Yanshan et himalayenne ont mis en saillie de vieux massifs cristallins de 2 000 à 3 000 mètres d'altitude de direction nord-est-sud-ouest : Wutaishan, Taihangshan, Lüliangshan, Liupanshan, au-dessus d'un ensemble de plateaux de 1 000 à 2 000 mètres d'altitude, où s'ouvrent une série de bassins d'effon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_21736

HUANGHE [HOUANG-HO] ou FLEUVE JAUNE

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 2 248 mots

Dans le chapitre « Le tracé du fleuve Jaune »  : […] Traversant les ensembles lacustres de Xinguhai, Oring Nor et Tsaring Nor, le Huanghe prend d'abord une direction nord-ouest-sud-est parallèle au cours supérieur du Yangzi, puis tourne brutalement à la limite du Sichuan et se dirige à travers le massif de l'Anme Machin (Animaqingshan) vers le bassin du Koukou Nor (lac Qinghai), qu'il évite par un nouveau coude le conduisant vers la dépression de La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huanghe-fleuve-jaune/#i_21736

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les rivalités, du XIVe siècleà la fin du XVIe siècle »  : […] Les dissensions entre ethnies et les violentes rivalités qui opposent Gengiskhanides et non-Gengiskhanides sont dominées par la nécessité de trouver à l'économie nomade des débouchés et par la pression de la politique chinoise, qui attise les antagonismes afin de prévenir le danger d'une renaissance mongole. Dans une première phase, alors que le jeune État Ming est encore fort et que, chez les Mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_21736

SHAANXI [CHEN-SI]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 759 mots
  •  • 1 média

La province du Shaanxi s'étend au cœur des « pays du lœss » en Chine du Nord, où elle couvre 195 800 km 2  ; elle était peuplée de 37,35 millions d'habitants en 2006. Du désert de l'Ordos, au nord, à la limite du Sichuan au sud, le Shaanxi s'allonge sur plus de 1 000 km, où se succèdent quatre grands ensembles très contrastés. Au nord, dans la boucle du fleuve Jaune, s'éte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shaanxi-chen-si/#i_21736

STEPPES ART DES

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 4 289 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Sources de l'art scythe »  : […] Les trouvailles des kourganes illustrent tant l'art des artisans grecs ou ioniens que celui des Scythes. Si les grands vases et la grande orfèvrerie peuvent revenir aux premiers, on peut attribuer aux seconds les ornements de harnais, les sommets de hampes, les décors de chars et les pendeloques vestimentaires. Les motifs les plus fréquents sont le cerf , la panthère, l'élan et le bouquetin ; pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-des-steppes/#i_21736

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, « ORDOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordos/