Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ORDOS

Nom désignant à la fois un peuple mongol et la contrée qu'il occupe depuis la fin du xve siècle : en gros le Hetao (ou Borotoqai en mongol), soit la région comprise dans la grande boucle que dessine le fleuve Jaune au nord de la grande muraille de Chine (des divagations du fleuve Jaune postérieures au xve siècle ont laissé quelques morceaux du territoire ordos en dehors de son tracé actuel, au nord-est et au nord-ouest), incluse, à l'époque du Guomindang, dans la province du Suiyuan, érigée en 1951 en région autonome, puis incorporée en 1954 à la région autonome de Mongolie-Intérieure en même temps que le Suiyuan. Étendu sur 120 000 km2, à une altitude moyenne de 300 mètres au-dessus du cours du fleuve, le pays, qui géologiquement se rattache à la vieille plate-forme du continent sinien et repose sur les mêmes sous-sols que le nord de la Chine, a reçu des revêtements de sédiments puis de sable identiques à ceux du Gobi. Sauf dans la vallée du fleuve Jaune, l'ensemble du pays est aride et pauvre, coupé de collines ravinées dans le nord, sillonné de dunes est-ouest dans le sud ; mais les cuvettes d'eau douce y sont relativement fréquentes, marquées d'une végétation buissonneuse et de pâturages à l'herbe rare, mais nutritive pour le bétail.

Le peuple ordos, jadis réputé pour son ardeur combative, a joué un grand rôle dans les luttes qui ont brassé les ethnies mongoles du xve siècle au premier quart du xviie siècle, et il a été redouté des Ming pour ses razzias dans le limes chinois. Sa zone d'habitat s'étendait alors bien au-delà du Hetao ; mais il sera privé, au bénéfice de ses frères de race, successivement de l'Alašan (en 1686) et de l'Edzin-gol (en 1731). Soumis depuis 1635 au souverain mandchou, peu avant la fondation de la dynastie sino-mandchoue des Qing, il perd son indépendance à partir de 1649 et se trouve intégré dans le système des bannières. Organisé d'abord en six bannières (qošigun, ou khošūn en mongol moderne), il en compte sept à partir de 1736. Ces bannières, unies dans la confédération dite du Grand Temple (Yeke-jū-yin čigulgan) et commandées jusqu'à l'avènement du communisme par des princes de souche gengiskhanide de la postérité de Dayan khān (souverain descendant de Gengis khān à la quinzième génération et ayant régné sur les tribus mongoles de 1488 à 1543), s'énumèrent comme suit, en allant du nord au sud : à l'est Dalat, Wang, Jungar (à ne pas confondre avec les Jüngar ou Mongols occidentaux du xviie siècle), qui forment l'« aile gauche », et encore à l'est Jasaq, Üšin, puis Khangin et Otoq à l'ouest, qui forment à elles quatre l'« aile droite » (selon l'ancien mode de regroupement politico-militaire par « ailes », fondé sur une orientation face au sud).

Bien que, depuis le xixe siècle, il soit repoussé de tous côtés par l'avance des colons chinois et que lui-même commence à se consacrer sporadiquement à l'agriculture, le peuple ordos a sauvegardé jusque très avant dans le xxe siècle des traditions perdues dans les autres ethnies mongoles, par exemple le système du servage (relations entre taiji, ou « nobles », et albatu, ou « serfs »), les formes d'élevage traditionnel et les coutumes qui lui sont liées. Son prestige est grand d'avoir été le dépositaire du culte de Gengis khān. Son nom même, littéralement « les Palais », vient des Huit Tentes Blanches (yourtes-sanctuaires qui sont censées renfermer les restes et les souvenirs de Gengis khān et de ses épouses principales) qui sont conservées en différents lieux de l'est de l'Ordos, principalement à Ejen-khorō. La garde de ces reliques, chères au cœur de tous les Mongols, et la perpétuation du culte sont assurées par une classe spéciale d'individus qui semblent détenir leurs privilèges depuis l'époque[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)

Classification

Pour citer cet article

Françoise AUBIN. ORDOS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CHINE - Cadre naturel

    • Écrit par , et
    • 5 861 mots
    • 7 médias
    ...arrosée et enregistre des précipitations annuelles inférieures à 250 millimètres. Il s'agit du haut Tibet, du Xinjiang, de la Mongolie occidentale et de l'Ordos, le plateau enclos dans la boucle du fleuve Jaune et qui correspond en grande partie aux terres de lœss. Ici, des paysages de déserts de...
  • CHINE - Les régions chinoises

    • Écrit par
    • 11 778 mots
    • 3 médias
    ...plateau du Shaanbei figurent parmi les régions les plus désolées de Chine : le lœss y est soumis à l'érosion la plus sauvage et l'invasion des sables de l'Ordos est un autre fléau qui sévit au sud de la Grande Muraille. L'installation d'écrans forestiers fut une des premières réalisations d'envergure entreprises...
  • HUANGHE [HOUANG-HO] ou FLEUVE JAUNE

    • Écrit par
    • 2 254 mots
    On explique encore mal cette prodigieuse anomalie dans le tracé du Huanghe que constitue la grande boucle de l'Ordos. Des accidents tectoniques seraient à l'origine de sa branche sud-nord, qui, se heurtant au rebord du plateau mongol (massif de Yinshan), aurait conduit le fleuve à l'est de ...
  • MONGOLIE, histoire

    • Écrit par et
    • 17 572 mots
    • 20 médias
    ...Mongolie-Intérieure, les Čakhar (ou Čaqar) des régions de Kalgan et du Dolōn-nūr, dirigés par la branche aînée des Dayanides, titulaire du titre de grand-khan ; les Ordos, dans une zone à laquelle ils ont donné leur nom lorsqu'ils sont venus s'y installer durant la seconde moitié du xve siècle, à l'intérieur...