OPHIURIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classe de l'embranchement des échinodermes, connue depuis l'Ordovicien, et qui compte environ mille neuf cents espèces, réparties en deux grands ordres et en de nombreuses familles. Son nom rappelle la ressemblance des bras des ophiures avec l'extrémité caudale d'un serpent. Les ophiures fréquentent toutes les mers, toutes les latitudes et toutes les profondeurs, même abyssales.

Ophiure

Ophiure

Photographie

Appartenant, comme les étoiles de mer, au groupe des échinodermes, les ophiures (ici, fossile Ophiures bundenbachia) sont apparus il y a environ 400 millions d'années (Ordovicien) et n'ont depuis lors que très peu évolué. Formés d'un disque central et de cinq longs bras grêles et flexibles... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Un ophiure se compose d'un disque central (de 10 à 30 mm de diamètre), arrondi ou pentagonal, cuirassé de plusieurs séries de plaques rappelant celles du corps des oursins, et de cinq bras (parfois six) grêles, plus ou moins longs et quelquefois ramifiés (euryales). Au centre de la face orale (ou ventrale) qui pose sur le sol se trouvent cinq mâchoires interradiales. La bouche s'ouvre dans un sac stomacal, comparable à celui des étoiles de mer ; les ophiures sont carnivores et se nourrissent de polychètes, de mollusques, de petits crustacés.

Les bras sont formés de segments articulés d'une façon compliquée rappelant l'articulation des vertèbres de serpents ; les piquants sont disposés sur les plaques latérales des bras et sur la surface aborale du disque. Le système nerveux offre l'aspect général de celui des échinodermes ; il n'existe pas de véritables organes des sens.

L'appareil ambulacraire rappelle celui des astéries, mais le tube aquifère se courbe vers la face orale. Le système hémal et le système périhémal, de même, ne diffèrent guère de ceux des astéries. Les dix « bourses » ou sacs branchiaux sont des invaginations sacciformes de la paroi du corps, disposées à la base des bras ; leur épithélium interne est cilié ; les ophiures assurent la respiration par des courants d'eau provoqués par les cils vibratiles. L'excrétion est mal connue. Les sexes sont séparés (quatre espèces seulement présentent un dimorphisme sexuel accusé) ; certaines espèces des régions froides sont hermaphrodites. Les gonades sont fixées sur les bourses. La ponte s'effectue dans la mer ; les espèces hermaphrodites sont incubatrice [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie nationale de Metz, directrice honoraire à l'École pratique des hautes études, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  OPHIURIDES  » est également traité dans :

ASTÉRIDES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER
  •  • 2 640 mots
  •  • 5 médias

Les Astérides, ou étoiles de mer, constituent l'une des cinq classes d'Échinodermes représentées actuellement dans la nature. C'est un groupe prospère (2 000 espèces modernes décrites), homogène, et bien représenté dans toutes les mers du globe, de la zone des marées aux plus grandes profondeurs. Morphologiquement, les Astérides constituent un ens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asterides/#i_23801

ÉCHINODERMES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER, 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 6 662 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Classification des Échinodermes »  : […] L'embranchement des Échinodermes a été divisé en deux sous-embranchements : 1) Les Pelmatozoaires (pelmat, à l'extrémité d'une tige ; zoaire, animal). Ils comprennent des Échinodermes primitifs fixés par un pédoncule aboral à l'état larvaire et fort souvent à l'état adulte. La bouche se trouve sur la même face que l'anus, entourée d'un cercle de b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echinodermes/#i_23801

Pour citer l’article

Andrée TÉTRY, « OPHIURIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ophiurides/