Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OLINGUITO

Olinguito - crédits : Mark Gurney/ Smithsonian Institution

Olinguito

L'olinguito (signifiant petit olingo) est un mammifère arboricole du groupe des carnivores qui vit dans les forêts du nord de la cordillère des Andes. Connu par les populations locales, cet animal est passé inaperçu auprès des scientifiques jusqu'en 2013. Pourtant, plusieurs individus avaient déjà été capturés puisque des spécimens naturalisés existent dans les musées américains ainsi que des ossements qui attendaient d'être étudiés depuis la fin des années 1940. Certains exemplaires vivants ont même été exposés dans des zoos (comme celui de Washington) dans les années 1970. Mais mal identifiés, ils étaient présentés dans les collections et les parcs zoologiques sous une fausse identité, étant considérés comme des olingos de petite taille.

L'olinguito a été identifié et décrit comme une nouvelle espèce en 2013, et a été dénommé Bassaricyonneblina – K. M. Helgen et al., « Taxonomic revision of the olingos (Bassaricyon), with description of a new species, the Olinguito », in ZooKeys, vol. 324, pp. 1-83, 2013. Ce ne fut pas une tâche facile puisque dix ans d'études ont été nécessaires à plusieurs chercheurs de différentes institutions et pays pour se convaincre de la validité de leur diagnostic. Et ce sont finalement les empreintes génétiques de cet animal qui ont parlé : son ADN est différent de celui de toutes les autres espèces d'olingos attribuées au genre Bassaricyon. C'est un événement, car aucune nouvelle espèce de mammifère n'avait plus été décrite sur le continent américain depuis la fin des années 1970.

L'olinguito est l'espèce la plus petite (environ 900 g) du genre Bassaricyonqui en compte cinq autres et chacune plusieurs sous-espèces. Aucune espèce ne dépasse trois kilogrammes. Tous ces animaux habitent les forêts tropicales d'Amérique du Sud (Colombie, Équateur, Venezuela, Guyane, Brésil, Pérou, Bolivie, Panamá, Nicaragua). Bassaricyonneblina est cantonné aux forêts de la cordillère andine de Colombie et d'Équateur, vivant entre 1 500 et 2 750 mètres d'altitude, ainsi qu'au sud du Venezuela et en Guyane. Le terme neblina fait référence au fait que son milieu de vie est souvent envahi de nuages pluvieux. La face de l'olinguito est triangulaire, son museau pointu, ses oreilles arrondies, son corps allongé et pourvu d'une longue queue touffue. Il ne se distingue guère cependant des olingos que par la taille.

Les olingos et l'olinguito appartiennent à une famille de mammifères carnivores : les procyonidés (qui comprennent les ratons laveurs, les coatis, les kinkajous). Ils possèdent une belle denture : trois incisives, une canine, quatre prémolaires et deux molaires par demi-mâchoire. Cette famille comprend six genres actuels très dépendants de la forêt tropicale humide. Ce sont des animaux plutôt nocturnes, discrets et rarement observés le jour. Leur régime est plutôt frugivore, mais ils ne dédaignent pas de se nourrir à l'occasion d'insectes et de petits mammifères. L'espèce la plus connue de la famille est le raton laveur qui, lui, est présent en Amérique centrale et en Amérique du Nord.

La famille des procyonidés est originaire d'Amérique du Nord et n'a envahi que tardivement l'Amérique du Sud. Ce sont même les premiers immigrants qui sont venus d'Amérique du Nord et qui ont colonisé l'Amérique du Sud au début du « grand échange » entre les deux Amériques puisqu'ils y arrivent à la fin du Miocène (vers 7 millions d'années), alors que les échanges les plus importants ont lieu plus tardivement, à la fin du Pliocène (vers 3 millions d'années). Les procyonidés seront suivis de nombreux autres représentants nord-américains : proboscidiens, périssodactyles, félidés, canidés, mustélidés, ursidés, tayassuidés (pécaris), rongeurs cricétidés.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Olinguito - crédits : Mark Gurney/ Smithsonian Institution

Olinguito

Voir aussi