NYIRAGONGO ou NIRAGONGO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Nyiragongo est un des nombreux volcans du Rift est-africain qui en s'ouvrant, éloignera peu à peu une partie de l'Afrique de l'est du reste du continent, comme ce fut le cas de Madagascar, il y a une petite centaine de millions d'années. Un océan s'ouvre.

Au niveau du lac Victoria, le Rift est-africain est décalé par une gigantesque faille (future faille transformante océanique ?) qui distingue le rift oriental à l'est, balisé par le Kilimandjaro, le Meru, le mont Kenya, le Teleki... jusqu'au triangle de l'Afar qui aboutit à l'intersection de la mer Rouge et du golfe d'Aden, et un rift occidental. Ce dernier se prolonge au sud jusqu'au canal du Mozambique et, à l'ouest du lac Victoria, accueille, parmi d'autres volcans, le Nyiragongo. Il fait partie de la chaîne des monts Virungas, qui se trouve entre le lac Kivu au sud et le lac Édouard (ou Rutanzige) au nord. Ce volcan fut découvert par von Götzen en 1894.

Le Nyiragongo appartient au massif homonyme, qui est composé de trois cônes tronqués principaux, alignés sur 10 kilomètres suivant une direction nord-sud, et d'une centaine de cônes satellites répartis suivant deux directions de fractures profondes. Le cône principal est à 3 470 mètres d'altitude ; les deux principaux cônes satellites, Sahura et Baruta, ont respectivement 2 800 mètres et 3 100 mètres d'altitude. Ce dernier est formé de deux puits concentriques emboîtés, séparés par une plate-forme située à 170 mètres de profondeur. Le fond du second puits (à 180 m de la première plate-forme) fut rempli, de 1927-1928 à 1977, par un lac de lave en activité, sur lequel flottait un grand panneau de lave solidifiée, le « Crag ». En 1977, une éruption latérale vidangea ce lac, qui s'est reconstitué depuis juin 1994 : le lac Kivu.

Du point de vue pétrographique, le Nyiragongo émet des laves basiques sous-saturées en silice, provenant d'un magma de la série alcaline : ce sont des roches feldspathoïdiques sans feldspaths à augite et minéraux accessoires : néphélinites, leucitites, phonolites, mélilitites et kalcilites.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  NYIRAGONGO ou NIRAGONGO  » est également traité dans :

GÉOTHERMIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 585 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Volcanisme et injections magmatiques »  : […] Les volcans sont très inégalement distribués, et leur activité intermittente apporte à la surface de la Terre, d'une manière très spectaculaire, des quantités importantes de matières à haute température. Lorsqu'on analyse leur bilan énergétique, on se rend compte que les laves fondues doivent être, dans les réservoirs d'où elles proviennent, en équilibre de pression avec les roches environnantes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geothermie/#i_20573

VOLCANISME ET VOLCANOLOGIE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • Jean-François LÉNAT, 
  • Haroun TAZIEFF, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 516 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Lacs de lave »  : […] Certains cratères sont occupés par un lac ou étang de lave. Le problème de l'origine et du mode de transfert de l'énergie calorifique nécessaire à la survie de tels appareils reste partiellement irrésolu. Il est cependant certain que les courants de convection et les phénomènes de dégazage observés près de la surface expliquent en bonne partie les phénomènes observés à la surface de ces lacs : ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volcanisme-et-volcanologie/#i_20573

Pour citer l’article

« NYIRAGONGO ou NIRAGONGO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nyiragongo-niragongo/