NOBILITAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Romains, qui sont des juristes et ont le sens de l'abstraction, se réfèrent souvent dans leurs institutions ou dans leur histoire à un certain nombre de notions, telles que majestas, aeternitas, auctoritas et, également, nobilitas qu'on peut certes traduire par noblesse, mais en ne donnant pas une acception trop moderne à ce terme. La nobilitas comprend toutes les familles dont un des membres a exercé une magistrature curule (édilité, préture, consulat). Ces charges politiques confèrent à celui qui les exerce pour la première fois et qu'on appelle alors homo novus, homme nouveau, une sorte de dignité presque sacrée qui rejaillit sur ses descendants et qui devient en quelque sorte héréditaire. C'est ainsi qu'on retrouve pendant plusieurs lustres, voire pendant plusieurs siècles, les mêmes familles dans les premières magistratures de la République romaine. Comme les magistrats sont élus par le peuple dans les comices, cette nobilitas est théoriquement démocratique et comprend à la fois des patriciens et des plébéiens. En fait, la nobilitas a réussi à se constituer une clientèle électorale quasi héréditaire, si bien que le vote démocratique dans son principe reste une fiction. C'est dans la nobilitas que se recrute la grande majorité des membres du Sénat et c'est également à elle qu'appartient le droit d'images, c'est-à-dire le privilège de conserver chez soi les bustes ou les statues des ancêtres qui figurent dans toutes les cérémonies officielles.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  NOBILITAS  » est également traité dans :

ARISTOCRATIQUE PARTI, histoire romaine

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 463 mots

La notion de parti, au sens exclusivement politique et moderne du terme, est inconnue dans la Rome antique. Le mot même n'existe pas et l'expression de parti aristocratique apparaît comme une simplification d'usage courant, utilisée par les historiens pour définir une réalité qui est plus complexe. En effet, à Rome on parle plutôt de factio , qui regroupe autour d'un homme po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-aristocratique-histoire-romaine/#i_40949

CLARISSIMAT

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 243 mots

Sous le Haut-Empire, tout sénateur était salué du titre de vir clarissimus . Dès le ii e  siècle, ce simple qualificatif honorifique devient un véritable titre héréditaire consacrant la nouvelle noblesse, le clarissimat. Les clarissimes étaient généralement de gros propriétaires fonciers, soit d'anciens patriciens, soit des c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clarissimat/#i_40949

PROSCRIPTION, Rome

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 396 mots

Le mot désigne une affiche qui porte un texte de loi et une liste de noms, ceux de personnages condamnés. Ce genre de publication ne se produisit que dans un contexte de guerre civile, dans le conflit qui opposa les populaires à la nobilitas , c'est-à-dire les citoyens pauvres conduits par quelques aristocrates réformateurs d'un côté, la noblesse traditionaliste de l'autre. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proscription-rome/#i_40949

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les conséquences des guerres puniques »  : […] Victorieuse, Rome paie cher cependant son triomphe. Les rangs de ses citoyens se sont éclaircis, riches et pauvres sont séparés par un fossé plus profond, tandis que la classe moyenne tend à disparaître. La campagne se couvre de vastes pâturages, le blé importé de Sicile concurrence la culture des céréales, aux petites propriétés succèdent de vastes latifundia qui ne laissent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-republique/#i_40949

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'art de la « nobilitas » »  : […] Vers le milieu du ii e  siècle, la production artistique prend à Rome un caractère assez original pour qu'on puisse parler d'un art romain. R. Bianchi-Bandinelli l'a défini comme un rameau de l'art médio-italique, qui exprime l'austérité des paysans et des montagnards de l'Apennin central, et s'interpose entre le courant hellénistique et le couran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-art-romain/#i_40949

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « NOBILITAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nobilitas/