NISHIKAWA SUKENOBU (1671-1751)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre, illustrateur et graveur, Nishikawa Sukenobu, l'un des maîtres de la peinture Ukiyo-e, domine l'art de l'illustration à Kyōto dans la première moitié du xviiie siècle. Élève de Kanō Einō, maître très connu de l'école Kanō de Kyōto, puis de Tosa Mitsusuke, il se tourne en 1698 vers la peinture de genre. Avec Moronobu et Hokusai, Sukenobu est l'un des illustrateurs japonais les plus prolifiques. Son œuvre se compose surtout d'illustrations en noir et blanc destinées à plus de deux cents romans et livres d'images et à quelques albums érotiques. Il utilisa, bien avant l'apparition en 1741 des estampes tirées en deux couleurs (connues sous le nom de benizuri-e), la xylographie polychrome pour un livre érotique paru en 1718. D'une unité de ton remarquable, l'œuvre de Sukenobu aborde des sujets très divers : scènes de la vie quotidienne, évocation des divertissements et fêtes de l'époque. La beauté féminine reste son thème principal et c'est lorsqu'il représente les femmes de Kyōto que son art atteint à sa plus haute expression. En dépit de sa formation classique, ses illustrations révèlent l'influence des graveurs d'Edo, tels Moronobu et Torii Kiyonobu, principalement dans la souplesse du trait, la répartition des noirs, la solidité de la composition et la beauté des kimonos. Ses femmes, petites, graciles, s'opposent aux figures opulentes de Moronobu. Elles nous révèlent l'influence de Qiu Ying, peintre chinois du xvie siècle célèbre pour la délicatesse de son pinceau et le raffinement de ses œuvres. Sukenobu crée ainsi l'idéal de la femme japonaise, quasi immatérielle, que Harunobu immortalisera. L'œuvre de Sukenobu, empreinte de la nostalgie d'un passé tout imprégné d'élégance, marquera la plupart des élèves formés dans l'atelier de Shigenaga et, par là même, les plus célèbres illustrateurs du xviiie siècle.

—  Lucie PROST

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Lucie PROST, « NISHIKAWA SUKENOBU (1671-1751) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nishikawa/