BERBEROVA NINA (1901-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En choisissant la vie des émigrés russes de Paris pour thème de son premier roman, Les Derniers et les Premiers (1930), puis de ses récits (à partir de L'Accompagnatrice, 1935), Nina Berberova, née à Saint-Pétersbourg, innovait. Mais ce n'est que cinquante ans plus tard que la « petite musique » de ses récits, discrètement exotique et humainement universelle, puis son œuvre de mémorialiste lui apportèrent la consécration, aboutissement d'une longue vie marquée par les ruptures : rupture avec la Russie en révolution qu'elle quitte en 1922 en compagnie du poète et critique Vladislav Khodassévitch (1886-1939), avec qui elle s'installe à Paris en 1925. Séparation d'avec Khodassévitch, en 1932, d'avec le peintre Makeïev en 1947, puis départ de France en 1950, pour émigrer aux États-Unis, où, l'écrivain finira par enseigner à l'université de Yale, puis à celle de Princeton.

L'écriture (et d'abord la poésie) fut une vocation, et aussi un gagne-pain, en complément du métier de journaliste dans les quotidiens russes de Paris, d'où sont issues les Chroniques de Billancourt (1929-1940) sur les petites gens de l'émigration, pittoresques ou pitoyables, et les comptes rendus d'audience de L'Affaire Kravtchenko (1949). Les récits de Nina Berberova, publiés dans des revues russes de 1927 à 1958, sont marqués, selon l'auteur lui-même, par « une certaine vivacité de l'imagination et une tentative de symbolisation ». Si L'Accompagnatrice, Le Laquais et la Putain (1937), Astachev à Paris (1938) échappent au fait divers sordide ou au mélodrame, c'est grâce à l'écriture : des petits riens révélateurs, des demi-mots, un art de la pointe sèche et une froide lucidité dessinent en quelques chapitres une vie entière dans laquelle entre la tragédie. Dans les autres récits — Roquenval (1936), La Résurrection de Mozart (1940), Le Roseau révolté (1958), Le Mal noir (1959) —, la dialectique du maître et de l'esclave au sein de la passion fait place au thème de l'incommunicabilité, des rencontres avortées, des solitudes qui se côtoient sans pouvoir trouver le bonheur. Le « je » de la plupart des r [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de langues et littératures slaves à l'université de Caen

Classification


Autres références

«  BERBEROVA NINA (1901-1993)  » est également traité dans :

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un art de l'invisible »  : […] À la charnière du deuxième millénaire, les thèmes de l'exil semblent se concentrer sur les problèmes du langage. Qui, à son tour, affecte l'image ; les personnages transparents, fluctuants, invisibles deviennent récurrents. Dans un monde qui, pour atteint de mondialisation qu'il soit, n'en demeure pas moins une tour de Babel et un carrefour de conf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_18800

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Fertilité de l'exil »  : […] Le bilan de la littérature russe en émigration est extrêmement varié. Les ouvrages de référence et de synthèse sont assez rares : avant tout, Littérature russe en exil de Gleb Struve (parue en 1956) et l'ouvrage bibliographique de Lindmila Foster (1980). « Lorsque Bounine devint prisonnier, quoique volontaire, de la terre étrangère, il s'avéra qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_18800

Pour citer l’article

Michel NIQUEUX, « BERBEROVA NINA - (1901-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nina-berberova/