NEW YORK HERALD TRIBUNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quotidien issu en 1974 de la fusion du New York Herald avec le New York Tribune, deux journaux appartenant à des horizons culturels et idéologiques fort dissemblables, pour ne pas dire opposés.

Le premier paraît dès le 6 mai 1835 et doit ses orientations principales à son propriétaire et rédacteur en chef James Gordon Bennett, qui veut en faire un journal « épicé » (spicy) et « relevé » (sency). Il réussit au-delà de toute espérance. L'exubérance du style, la fantaisie, l'esprit de ce « journal à un penny » rompent avec le ton compassé de la presse ; son ironie s'exerce d'ailleurs volontiers aux dépens de la « bonne société », dont il dépeint avec un grand luxe de détails la vie mondaine et les réceptions.

L'afflux de lecteurs s'explique aussi par la large place que le New York Herald consacre aux crimes et aux scandales. J. G. Bennett légitime les reportages de ce genre par la nécessité de mettre en garde les honnêtes gens contre le vice et l'immoralité, car il tient beaucoup à préserver la mission éducatrice qui, selon lui, est dévolue au Herald. Le journal triple son tirage lorsqu'il suit l'affaire du meurtre d'une prostituée et le procès de son assassin présumé, affaire qu'il relate avec une précision et une crudité extrêmes. Cette tendance ne cesse de s'affirmer et développe son audience ; mais le fréquent mauvais goût de ses articles, la brutalité dont il fait preuve dans l'exploitation des nouvelles à sensation déclenchent l'hostilité d'une large fraction de l'opinion publique.

L'indignation est à son comble lorsque Bennett, qui ne recule guère devant les attaques personnelles, s'en prend au rédacteur en chef d'une publication rivale et décrit l'infirmité dont souffre ce dernier comme le signe de « la malédiction du Tout-Puissant ». S'ouvre alors, en 1840, une « guerre morale » dirigée contre le Herald par ses principaux concurrents, qui invitent les « gens respectables » à le boycotter et à organiser la mise en quarant [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : licenciée en droit, diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  NEW YORK HERALD TRIBUNE  » est également traité dans :

BENNETT JAMES GORDON (1795-1872)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 382 mots

Éditeur et journaliste américain d'origine écossaise né le 1 er  septembre 1795 à Newmill dans le Banffshire (Écosse), mort le 1 er  juin 1872 à New York. James Gordon Bennett émigre en Amérique au printemps de 1819 et finit par poser ses bagages dans la ville de New York où il fonde une école, donne des conférences de politique économique et exerce différents emplois subalternes pour les journaux […] Lire la suite

LIPPMANN WALTER (1889-1974)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 902 mots

Pendant près d'un demi-siècle et jusqu'à ce qu'il cesse d'écrire, vers 1970, Lippmann fut le prince des journalistes, la référence la plus prestigieuse des faiseurs d'opinion. Plus encore que l'Anglais Wickham Steed, le Français Albert Londres ou l'Italien Montanelli. Il était celui que rêvaient d'imiter des milliers d'apprentis reporters, celui qui faisait honneur à ce métier si décrié. Il fut au […] Lire la suite

NEW YORK TIMES INTERNATIONAL EDITION, anc. INTERNATIONAL HERALD TRIBUNE

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 582 mots

L’ International Herald Tribune , après s’être appellé International New York Times à partir de 2013, est devenu en 2016 le New York Times International Edition . Ce journal est l'héritier de l'édition internationale du New York Herald, lancée en octobre 1887 par Gordon Bennet à Paris. L'édition européenne du New York Herald est largement franco-américaine ; une ou deux pages y sont rédigées en […] Lire la suite

STANLEY sir HENRY MORTON (1841-1904)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 827 mots
  •  • 2 médias

Journaliste et explorateur anglais, enfant naturel de John Rowlands et enregistré lui-même sous le nom de John Rowlands, il connaît une enfance malheureuse dans un work-house (1847-1856) d'où il s'enfuit, trouvant refuge chez divers parents avant de s'embarquer pour les États-Unis (1859). À La Nouvelle-Orléans, il fait la connaissance du négociant en coton Henry Stanley, qui le traite comme son f […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christine BARTHET, « NEW YORK HERALD TRIBUNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-york-herald-tribune/