Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NEPTUNE, religion romaine

Malgré son « interprétation » en Poséidon grec, Neptune n'était pas à l'origine pour les Romains une divinité de la mer, mais de l'humidité et des eaux douces, ce que confirment les quelques éléments que nous connaissons de lui : son temple, à proximité du Tibre ; le nom de sa parèdre, Salacia, qui évoque le jaillissement de l'eau (la signification du nom de son autre parèdre, Vénilia, est inconnue) ; la date des Neptunalia, le 23 juillet, à l'époque de la sécheresse et des grandes chaleurs (dont on se protégeait par des tonnelles de feuillage). Le manque de renseignements sur ce Neptune primitif s'explique par un rapprochement à date ancienne de ce dieu avec Poséidon, dieu de la mer, dont il adopte les attributions. Il apparaît dans le lectisterne de ~ 399, associé à Mercure, et dans celui de ~ 217 aux côtés de Minerve (cette alliance bizarre peut s'interpréter de différentes façons : soit référence au couple Poséidon-Athéna, divinités de l'Acropole ; soit la proximité du lit où étaient étendus Jupiter et Junon, unis par la religion romaine traditionnelle et la mythologie grecque à Minerve (triade capitoline) et à Neptune (frère de Jupiter). Dans le panthéon classique, la littérature aussi bien que l'art, Neptune est entièrement confondu avec Poséidon (un groupe de Scopas représentant Poséidon, Thétis et d'autres divinités marines était placé dans son temple). Auguste fit de Neptune un des responsables de sa victoire navale à Actium (pourtant un de ses ennemis, Sextius Pompée, s'était antérieurement assimilé à Neptune) et accorda de grands honneurs au dieu. Signalons que les historiens anciens qui font du dieu Consus un Neptune équestre (à propos de l'enlèvement des Sabines aux Consualia) s'appuient sur une fausse assimilation de Consus à Poséidon (tous les deux étaient honorés par des courses de chevaux), ce dernier étant interprété en Neptune.

— Catherine SALLES

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégée de lettres classiques, assistante à l'université de Paris-X

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

    • Écrit par Pierre GRIMAL
    • 7 011 mots
    ...guerre ; Diane, considérée comme l'incarnation romaine de l'Artémis grecque ; Volcanus, dieu du feu, était assimilé à Héphaïstos ; Neptune, bien qu'il ait d'abord été le dieu des eaux douces, était devenu l'équivalent de Poséidon ; Vesta, déesse du foyer domestique, était assimilée...

Voir aussi