MANDELA NELSON (1918-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le combattant de l'ombre et le prisonnier

Le 21 mars 1960, à Sharpeville, la répression policière d'une manifestation pacifique du Pan-Africanist Congress (P.A.C.), parti dissident de l'A.N.C., a fait soixante-neuf morts. Peu après, l'A.N.C. et le P.A.C. sont interdits. C'est un tournant dans la lutte de libération. Mandela est le premier à vouloir relever le défi lancé par le pouvoir blanc. Tirant les conclusions de l'échec des campagnes de protestation non-violente et renouant avec la tradition de combat guerrier des chefs africains, il fonde, en 1961, une branche armée au sein de l'A.N.C. : Umkhonto weSizwe ? M.K., « la lance de la nation » ?, dont il prend secrètement la direction.

C'est une nouvelle vie qui commence alors pour Mandela : entré dans la clandestinité, insaisissable pour la police, il parvient à quitter le pays, à faire une tournée des capitales africaines et à se rendre à Londres pour récolter des fonds. Ce périple, narré par la presse sud-africaine, fait de lui un héros populaire et l'homme le plus recherché du pays. Il sera finalement arrêté en août 1962. Ce n'est qu'après la capture des autres dirigeants de M.K., en juillet 1963, à Rivonia, que Mandela et ses camarades sont condamnés à la prison à vie.

Au pénitencier de l'île de Robben Island, au large du Cap, Mandela retrouve paradoxalement l'histoire de son peuple, car c'est là que, au xixe siècle, était détenu Makana, un chef xhosa rebelle disparu en tentant de fuir l'île. Mandela emprisonné à Robben Island représente la renaissance du mythe messianique du chef caché dont le retour attendu sera le signe de la libération.

Isolés et condamnés à casser des cailloux, les prisonniers du groupe de Rivonia obtiennent, toutefois, de pouvoir poursuivre des études à distance : ainsi se forme ce qui va être appelé l'« université de Robben Island », où chacun apprend et transmet à ses camarades le savoir qu'il a acquis. Mandela étudie notamment l'afrikaans et se familiarise avec l'histoire du peuple afrikaner, ce qui lui permettra de tenir un discours rassurant et proche à cette communauté dans les années 1990.

Après les années difficiles où l'apartheid triomphe, les émeutes de Soweto, en 1976, puis la révolte des townships, en 1985-1986, renouvellent la lutte de libération. Dès 1980, les mouvements anti-apartheid se saisissent de l'icône Mandela pour en faire leur symbole. Les campagnes pour sa libération prennent une dimension mondiale (concert à Wembley au Royaume-Uni réunissant 72?000 personnes, retransmis dans plus de soixante pays, donné en l'honneur des soixante-dix ans du leader).

Déplacé à la prison de Pollsmoor (au Cap) en 1982, puis à celle de Victor Verster (à Paarl) en 1988, Mandela fait l'objet d'une attention de plus en plus appuyée des autorités sud-africaines qui semblent embarrassées par ce prisonnier qu'elles voudraient utiliser. Quand le président Pieter W. Botha lui propose, en 1985, de le libérer en échange de son renoncement à la violence, Mandela, qui n'a rien perdu de sa détermination, refuse, arguant que « seul un homme libre peut négocier [...]. La liberté du peuple et la mienne ne peuvent être séparées ». Cependant, son souhait, rendu public en 1986, de voir la crise résolue par la négociation et non l'affrontement, donne du crédit aux partisans de cette option, tant du côté de l'establishment afrikaner que de l'A.N.C. en exil. Devenu indispensable à tout dialogue, Mandela doit cependant attendre que Botha soit remplacé par Frederik De Klerk à la tête de l'État, en 1989, pour que sa libération soit organisée, le 11 février 1990.

Nelson Mandela après sa libération en 1990

Photographie : Nelson Mandela après sa libération en 1990

Nelson Mandela lors d'un meeting de l'African National Congress (A.N.C.), en exil au Royaume-Uni, le 16 avril 1990. Libéré deux mois auparavant, après plus de vingt-sept ans de prison, Mandela devient l'icône de la lutte contre l'apartheid. 

Crédits : Peter Turnley/ Corbis/ VCG/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Nelson Mandela après sa libération en 1990

Nelson Mandela après sa libération en 1990
Crédits : Peter Turnley/ Corbis/ VCG/ Getty Images

photographie

Nelson Mandela élu président de la République

Nelson Mandela élu président de la République
Crédits : Louise Gubb/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

François Pienaar et Nelson Mandela

François Pienaar et Nelson Mandela
Crédits : AFP

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur agrégé, enseignant à Sciences Po Bordeaux, spécialiste de l'Afrique du sud, rattaché au laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM)

Classification

Autres références

«  MANDELA NELSON (1918-2013)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'invention d'un nouveau contrat social »  : […] Ce travail de refondation est au cœur de ce qu'on a appelé dans les années 1990 « le miracle sud-africain ». La production symbolique de la société en est l'un des grands succès. Sous la houlette de leaders moraux comme Nelson Mandela ou l'archevêque anglican Desmond Tutu, les dirigeants sud-africains ont réussi à construire un nouveau pacte social, à travers l'utilisation systématique des référe […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 034 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le démantèlement de l'apartheid »  : […] Dans les années 1980, la prise en compte des problèmes inhérents au système d'apartheid et des difficultés liées aux résistances intérieures et aux pressions extérieures amena le gouvernement de P. W. Botha à s'engager dans des réformes qui restèrent superficielles et n'aboutirent qu'à un blocage politique. En 1989, poussé par les modérés du Parti national et par les milieux d'affaires, Frederik […] Lire la suite

APARTHEID - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 356 mots

Mai 1948 Vainqueur des élections, le Parti national de Daniel F. Malan, héritier du « Parti nationaliste purifié » fondé en 1930, entreprend une politique de ségrégation raciale systématique. 1949 Une loi interdit les mariages entre Blancs et non-Blancs. 1950 Le Population Registration Act classifie la population sud-africaine en quatre groupes (Européens, Bantous, Métis et Asiatiques). Le Grou […] Lire la suite

DE KLERK FREDERIK WILLEM (1936- )

  • Écrit par 
  • Benoît DUPIN
  •  • 714 mots
  •  • 1 média

Homme politique sud-africain, président de la République de 1989 à 1994. Frederik De Klerk est né le 18 mars 1936 à Johannesburg dans une famille afrikaner marquée par l'ultra-conservatisme d'une petite Église réformée – la Dopper Kerk. Comme son père, Jan, qui occupa plusieurs postes de ministre entre 1954 et 1968, F. W. De Klerk fut formé dans un des bastions de l'enseignement afrikaans : l'uni […] Lire la suite

FIN DE L'APARTHEID EN AFRIQUE DU SUD

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 219 mots
  •  • 1 média

En février 1991, le président sud-africain Frederik De Klerk annonce son intention de mettre un terme au régime d'apartheid (le terme signifie « séparation » en afrikaans) qui, depuis 1948, fait de la ségrégation raciale la clé de voûte de la vie politique, sociale et économique de son pays. Quatre mois plus tard, les principales lois qui fondaient la domination blanche sont abolies par le Parleme […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - L'Afrique du Sud et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 994 mots

Le 10 000 mètres féminin constitue l'un des temps forts des Jeux de Barcelone. Le vendredi 7 août 1992, alors que la nuit envahit le magnifique stade olympique baigné par la chaleur, les concurrentes s'élancent pour un effort de plus d'une demi-heure. La course en elle-même est limpide et sans grande surprise. La Britannique Liz McColgan (vingt-huit ans), qui fut une magnifique championne du mond […] Lire la suite

MBEKI THABO MVUYELWA (1942- )

  • Écrit par 
  • Marianne SÉVERIN
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Deuxième président de la République sud-africaine postapartheid (de 1999 à 2008), Thabo Mbeki est né le 18 juin 1942 à Idutywa, au Transkei (dans la province actuelle du Cap-Est), au sein de l'ethnie xhosa. Il est le fils de Govan Mbeki, un des leaders de l'African National Congress (ANC) et ancien prisonnier politique de Robben Island (1963-1987) avec Nelson Mandela. Influencé par son père et par […] Lire la suite

SISULU WALTER (1912-2003)

  • Écrit par 
  • Benoît DUPIN
  •  • 696 mots

Homme politique sud-africain et l'un des chefs historiques du Congrès national africain (A.N.C.), Walter Max Ulyate Sisulu, surtout connu pour avoir été l'un des proches compagnons de route de Nelson Mandela, fut d'abord son mentor en politique. Il est l'aîné du trio (Mandela, Oliver Tambo et lui-même) qui, dans les années 1950-1960, transforma l'A.N.C. en un parti de masse puis en une organisatio […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le rugby

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 9 372 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « 1995. Le triomphe de Mandela »  : […] Avec la fin de l'apartheid, l'Afrique du Sud a été réadmise dans le concert des nations. Elle a en charge l'organisation de la III e  Coupe du monde. Cette compétition va révéler un joueur hors norme, le Néo-Zélandais Jonah Lomu , trois-quarts aile de plus de 100 kilos capable de courir le 100 mètres en moins de 11 secondes. Mais, en finale, il sera muselé par la défense sud-africaine. Grâce à un […] Lire la suite

Les derniers événements

18 décembre 2017 Afrique du Sud. Élection de Cyril Ramaphosa à la tête de l'ANC.

Les délégués du Congrès national africain (ANC), au pouvoir, élisent le vice-président Cyril Ramaphosa, ancien dauphin de Nelson Mandela, à la présidence du parti. Celui-ci l’emporte de peu face à Nkosazana Dlamini-Zuma, l’ex-épouse du chef de l’État Jacob Zuma, président sortant de l’ANC. Au centre de nombreuses affaires de corruption et en perte de vitesse dans l’opinion, l’ANC apparaît profondément divisé, à dix-huit mois des élections générales prévues en mai 2019. […] Lire la suite

5-15 décembre 2013 Afrique du Sud. Mort de Nelson Mandela

Du 11 au 13, plus de cent mille personnes s'inclinent devant la dépouille de Nelson Mandela exposée au siège du gouvernement, à Pretoria. Le 15, Nelson Mandela est inhumé dans son village de Qunu, dans le sud-est du pays.  […] Lire la suite

8-12 juillet 2003 États-Unis – Afrique. Tournée africaine du président George W. Bush

Il ne rencontre pas l'ancien président Nelson Mandela. Le 10, le président des États-Unis visite le Botswana, pays d'Afrique le plus durement frappé par le fléau du sida et qui doit être le premier bénéficiaire du fonds de 15 milliards de dollars promis par les États-Unis pour financer la lutte contre l'épidémie sur le Continent noir. Le 11, à Entebbe (Ouganda), George W. […] Lire la suite

28 août 2000 Burundi. Signature d'un accord de paix

Au terme de deux années de négociations, les diverses institutions, forces politiques et factions belligérantes signent, à Arusha (Tanzanie), en présence du président américain Bill Clinton et d'une vingtaine de dirigeants africains, un accord de paix négocié sous l'égide du Sud-Africain Nelson Mandela. Ce texte doit mettre fin à la guerre civile qui oppose depuis sept ans les factions hutu et tutsi et qui a fait plus de 200 000 victimes et provoqué le déplacement de plus de 1 200 000 personnes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Benoît DUPIN, « MANDELA NELSON - (1918-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nelson-mandela/