NAINES BRUNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La détection des naines brunes

Bien que leur existence ait été prédite théoriquement en 1963 par deux chercheurs japonais, Chushiro Hayashi et Takenori Nakano, et indépendamment par un Américain, Shiv Kumar, la détection des naines brunes fut tardive, à cause de leur faible luminosité.

Ce n'est qu'en 1995 que la preuve indéniable de l'existence de ces objets fut apportée avec la découverte de Gliese 229B, une naine brune compagne de l'étoile Gliese 229A. Cette découverte fut possible grâce à l'utilisation d'un coronographe, qui supprime artificiellement la lumière du compagnon stellaire, beaucoup plus brillant. En effet, bien que Gliese 229A soit une étoile de faible masse (0,5 masse solaire environ), elle n'en reste pas moins 1 000 fois plus brillante que son compagnon substellaire. À la suite de la détection de Gliese 299B, les découvertes de naines brunes se sont enchaînées, soit dans le voisinage solaire, où elles sont relativement vieilles (de quelques centaines de millions d'années à un milliard d'années) et peu brillantes, soit dans des amas d'étoiles jeunes, plus éloignés mais où elles sont plus brillantes. Des avancées remarquables sont dues à plusieurs projets de cartographie du ciel avec des instruments sensibles aux sources infrarouges. Les projets européen DENIS (Deep Near Infrared Survey), américain 2MASS (Two Micron All-Sky Survey) et international SDSS (Sloan Digital Sky Survey) ont ainsi permis de détecter plusieurs centaines de naines brunes.

La plupart des naines brunes observées ont des températures effectives, caractérisant la température de surface, comprises entre 1 000 et 2 500 kelvins (K). Les naines brunes les plus froides ont une température effective de 600 à 700 K et une luminosité un million de fois plus faible que celle du Soleil. C'est le cas, par exemple, de 2MASS J0415-0935 ; en supposant un âge d'un milliard d'années, raisonnable pour un objet du voisinage solaire, sa masse serait de 0,015 masse solaire, soit seulement 15 masses de Jupiter. La recherche de naines brunes encore plus froides est [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Taille d'une naine brune

Taille d'une naine brune
Crédits : NASA/ CXC/ SAO

photographie

Évolution de la luminosité de différentes étoiles et d'une naine brune

Évolution de la luminosité de différentes étoiles et d'une naine brune
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Relation masse-rayon des étoiles et des naines brunes

Relation masse-rayon des étoiles et des naines brunes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directrice de recherche au C.N.R.S., École normale supérieure, Lyon

Classification

Autres références

«  NAINES BRUNES  » est également traité dans :

EXOPLANÈTES - Méthodes de détection

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LAGRANGE
  •  • 2 907 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’imagerie, méthode directe  »  : […] Les méthodes indirectes souffrent d’une limitation importante : elles requièrent d’observer l’étoile pendant au moins une période de révolution de l’hypothétique exoplanète pour assurer une détection. Ainsi, pour mettre en évidence une exoplanète qui serait à la même distance de son étoile que Jupiter du Soleil, il faut observer l’étoile hôte pendant douze ans, pendant trente ans pour une analogue […] Lire la suite

MASSE CACHÉE ou MASSE MANQUANTE ou MATIÈRE NOIRE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 3 642 mots

Dans le chapitre « La nature de la masse cachée »  : […] Les analyses dynamiques ne nous apprennent pas de quoi est faite la masse cachée. Une composante baryonique, pour rester indétectée, ne doit ni absorber ni émettre de rayonnement électromagnétique. Cela exclut les formes ordinaires d'étoiles, de gaz, de poussière (dont il aurait fallu d'énormes quantités pour rendre compte de la masse cachée). Il a été suggéré que l'Univers pourrait être rempli de […] Lire la suite

TRAPPIST-1, système planétaire

  • Écrit par 
  • Franck SELSIS
  •  • 1 773 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « … autour de naines ultrafroides »  : […] Le transit d’une exoterre devant une étoile similaire au Soleil produit une diminution de la luminosité apparente de 0,008 p. 100, variation très difficile à mesurer. Les transits sont bien plus accessibles autour d’astres plus petits et plus froids appelés naines ultrafroides. Ce terme regroupe les étoiles et naines brunes – nom donné aux astres dont la masse, inférieure à 0,07 masse du Soleil,  […] Lire la suite

UNIVERS

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE, 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 635 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  Les étoiles »  : […] Les étoiles constituent une fraction importante de la masse de l'Univers. Notre Galaxie en contient une centaine de milliards. La description du Soleil est un bon moyen pour appréhender l'ensemble des étoiles. En effet, le Soleil est une étoile très ordinaire : plus de la moitié des étoiles observées dans le ciel lui ressemblent. Sa masse (2 × 10 30  kilogrammes), son rayon (700 000 kilomètres), s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Isabelle BARAFFE, « NAINES BRUNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/naines-brunes/