MUR OCCIDENTAL dit DES LAMENTATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Section de la muraille supportant le Temple de Jérusalem dans sa partie ouest et demeurée intacte lors de la destruction de l'édifice en 70. C'est le lieu saint par excellence du judaïsme : selon la tradition juive, il se trouve dans la proximité immédiate du site du Saint des saints, où la Présence divine serait demeurée. Devant le Mur occidental (traduction de l'hébreu Kōtel Ma‘arabi), les juifs pleurent la ruine du Temple et l'exil d'Israël ; de là vient l'appellation (chrétienne) de « Mur des lamentations ».

Le Mur des lamentations

Photographie : Le Mur des lamentations

Des juifs devant le Mur occidental dit Mur des lamentations, à Jérusalem, en 1880. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Seule une partie du monument est accessible, sa longueur totale atteindrait 485 mètres (la plus grande partie est recouverte par des constructions). La portion qui émerge du Mur (car une autre portion est couverte par un exhaussement du sol adjacent) comprend vingt-quatre rangées de pierres énormes et atteint une hauteur de 18 mètres, dont 6 au-dessus du niveau de l'esplanade du Temple. Certaines des pierres atteignent 12 mètres de long sur 1 mètre de haut et pèsent plus de 100 tonnes. Avant juin 1967, l'espace était chichement mesuré devant le Mur (3,30 m environ) par des masures remontant au xive siècle. Actuellement, une large place accueille orants et pèlerins ; une meḥiṣa (« séparation ») isole les hommes et les femmes qui prient auprès du mur ; des pupitres sont installés pour la lecture de la Loi et les offices religieux se déroulent sous la surveillance de fonctionnaires du ministère des Cultes.

Mur des Lamentations à Jérusalem (Israël)

Photographie : Mur des Lamentations à Jérusalem (Israël)

Appelé mur des Lamentations par les chrétiens, le mur occidental correspond au dernier vestige du temple qu'Hérode avait dressé sur le mont Moriah à Jérusalem et qui fut détruit avec la ville par les Romains en 70. Il a pris valeur de symbole dans la conscience juive, qui en a fait un lieu... 

Crédits : Insight Guides

Afficher

L'histoire du Mur occidental en tant que tel (c'est-à-dire après la destruction du Temple) se divise en quatre périodes inégales : de 70 à 1520, de 1520 au début du xixe siècle, du xixe siècle à 1947, depuis le 7 juin 1967. Entre 70 et 1520, les sources dont on dispose mentionnent la vénération par les juifs de ce mur, tenu pour indestructible selon le Midrash, parce que la Présence divine lui est associée. Pourtant, aucun lieu de culte ne fut établi par les juifs auprès du Mur durant cette période : l'accès même de Jérusalem, interdit aux juifs, leur était vendu à prix d'argent une fois l'an, pour l'anniversaire de la destruction du Temple (Comment. de saint Jérôme sur Sophonie, Patrologie latine, t. XXV, Paris, 1884). Après le viie siècle, la prohibition tombe en désuétude et les voyageurs signalent le pèlerinage juif au Mur : Benjamin de Tudèle, passant à Jérusalem vers 1173, écrit : « ... le Mur occidental, c'est un des murs qui furent au Saints des saints, on l'appelle portique de la Miséricorde ; tous les juifs viennent prier, devant le Mur, sur le parvis ») (éd. M. N. Adler, Londres, 1907, en hébreu).

Vers 1520, à la suite de la conquête turque et surtout de l'immigration des juifs d'Espagne, le Mur devint un lieu de prières permanent pour les juifs, auxquels le sultan Sālim Mur, aurait octroyé le droit de s'y assembler. Itinéraires juifs et chrétiens décrivent alors à l'envi les juifs en pleurs auprès du Mur.

Au début du xixe siècle, avec l'accroissement de la population juive de Jérusalem, le Mur apparaît comme un thème de l'imagerie pieuse du judaïsme et comme un site archéologique : en 1838, Robinson y découvre les fondations de l'arche qui porte son nom. En dépit de maintes tentatives, les juifs n'obtiennent pas la possibilité de placer des bancs, des pupitres et des abris pour le culte, encore moins d'acquérir le quartier Mograbi pour le démolir. Après la déclaration Balfour (1917), les Arabes, conduits par le mūfti de Jérusalem, s'efforcent de chasser les orants juifs du site, convertissant le lieu en voie de passage pour hommes et bêtes, détruisant les objets du culte, brutalisant les juifs en prière (particulièrement en août 1929). Une commission d'enquête établie par la Société des Nations en 1930 et comprenant un Néerlandais, un Suédois et un Suisse conclut à la propriété musulmane du Mur et reconnaît aux juifs le droit d'y prier et d'y placer un mobilier cultuel.

En décembre 1947, à la suite d'incidents sanglants, les juifs se voient interdire l'accès au Mur. Après l'occupation par la Transjordanie (devenu Jordanie) de la vieille ville de Jérusalem en 1948, les juifs, en dépit d'une clause des accords d'armistice, perdent toute possibilité de se rendre au Mur. Le 7 juin 1967, lors de la guerre de Six Jours, le site est enlevé par les parachutistes israéliens et le quartier Mograbi est détruit pour faire place à une vaste esplanade. Les pèlerinages et le culte repren [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Le Mur des lamentations

Le Mur des lamentations
Crédits : Hulton Getty

photographie

Mur des Lamentations à Jérusalem (Israël)

Mur des Lamentations à Jérusalem (Israël)
Crédits : Insight Guides

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Autres références

«  MUR OCCIDENTAL dit DES LAMENTATIONS  » est également traité dans :

JÉRUSALEM

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF, 
  • Gérard NAHON
  •  • 6 852 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Jérusalem, la « trois fois sainte » »  : […] Judaïsme, christianisme et islam associent Jérusalem à l'origine du monde créé : la cité est le nombril du monde, l'axe majeur de l'univers. Cette sacralité partagée s'est déclinée selon des modalités différentes sur le plan spirituel. Pour le judaïsme, Jérusalem devint le centre cultuel après l'édification du Temple de Salomon ( x e  siècle avant J.-C.) et demeura le symbole religieux du peuple j […] Lire la suite

JUDAÏSME - Les pratiques

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 4 475 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Lieux de pèlerinages »  : […] Lieu privilégié de la prière et du recueillement, le Mur occidental , vestige du Temple de Jérusalem, a bénéficié d'un prestige considérable à travers toute l'histoire juive : les pèlerins s'y rendent en foule . Ailleurs, il n'existe de « lieux saints » que pour la religion populaire : le tombeau de David, le mausolée de Rachel aux abords de Bethléem, le monument funéraire des Patriarches de Ma […] Lire la suite

Les derniers événements

13-18 novembre 2020 Maroc. Rupture du cessez-le-feu au Sahara occidental.

Contrôlée par le Front Polisario, cette zone sépare le Sahara occidental sous tutelle marocaine de la Mauritanie. Un corridor commercial la traverse. Le 18, le gouvernement marocain annonce avoir achevé la construction d’un mur de sable le long de ce corridor afin d’y « sécuriser le trafic civil et commercial ». Un mur de sable partage déjà le Sahara occidental du nord au sud, entre une partie, à l’ouest, contrôlée par le Maroc et une partie, à l’est, contrôlée par la République arabe sahraouie démocratique. […] Lire la suite

1er-25 juin 1981 Afrique. Réunion de l'O.U.A. sur le Sahara occidental

Tandis que le sommet commence à Nairobi, avec pour principaux sujets de débat le Tchad, la Namibie et le Sahara occidental, le Maroc reconnaît qu'une offensive du Polisario contre le « mur » est en cours. Le 25, le roi Hassan arrive à Nairobi. Il annonce le lendemain que son pays est partisan d'un référendum « contrôlé » au Sahara occidental, mais ne parle pas de cessez-le-feu. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard NAHON, « MUR OCCIDENTAL dit DES LAMENTATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mur-occidental/