MOUTONS-NOIRS ou KARA KOYUNLU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'origine du nom de cette fédération de tribus turkmènes est incertaine : peut-être s'agit-il d'un totem, peut-être de la couleur des animaux réellement élevés. C'est Bayram, chef du clan des Bahārlū, qui, vers 1370, réunit différentes tribus turkmènes, tout en se dégageant de l'égide de ses protecteurs, les sultans djalāyirides. Il accroît le territoire et la puissance de la fédération naissante par la prise de plusieurs villes, dont Mossoul.

À sa mort en 1380, son fils Muḥammad Qara Yūsūf s'installe à Tabrīz et se déclare indépendant. Il s'allie à Bayazīd Ier (Bajazet) contre Tīmūr Lang (Tamerlan) et y gagne la partie occidentale de l'‘Irāq. Chassé de Baghdād, où il s'était réfugié, à cause de l'avance de Tamerlan, il trouve d'abord asile en Égypte auprès des mamlūk, mais finit par être incarcéré.

En 1406, après la mort de Tamerlan, il regagne Tabrīz et engage la lutte contre les Aq Qoyūnlu (Moutons-Blancs), fédération rivale, pour s'emparer du Diyār Bakr. La paix revenue entre les deux fédérations, Qara Yūsūf étend encore ses possessions iraqiennes en prenant plusieurs villes clefs, dont Qazwīn en 1419. Il meurt cette même année, alors qu'il marchait en combat contre Shāh Rokh, fils et successeur de Tamerlan.

Amīr Iskander, son fils, regroupe les tribus fédérées, mais il est défait une première fois par Shāh Rokh en 1421. Insatiable, il laisse s'éloigner le Tīmūride, puis s'empare de l'Azerbaīdjan (1424). C'est la deuxième rencontre avec Shāh Rokh et la deuxième défaite (1429). Iskander s'enfuit, et Shāh Rokh nomme son propre frère, Abū Sa‘īd, à la tête des Qara Qoyūnlu. Mais, dès que l'énorme armée du Tīmūride s'est éloignée, Iskander revient à la charge et livre la région à de telles exactions que Shāh Rokh envoie une nouvelle armée commandée par Djahān shāh, frère d'Iskander (1434). Défait une troisième fois, mais non battu, Iskander veut attaquer à nouveau ; repoussé il s'enferme dans son bastion d'Alandjaq, où son propre fils le tue (1437).

Djahān shāh, son frère et successeur, apparaît, lui, comme un sage administrate [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOUTONS-NOIRS ou KARA KOYUNLU  » est également traité dans :

MOUTONS-BLANCS ou AK KOYUNLU

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 447 mots

Fédération de tribus turkmènes dont le nom se réfère soit à un totem commun, éponyme, soit au fait que les membres de ces tribus élevaient des moutons blancs. L'un des clans de ces tribus, les Bayundur, donna naissance à des chefs qui prirent le pouvoir et l'initiative d'organiser cette fédération. La première mention historique des Bayundur remonte à la chronique byzantine de 1340, dans laquelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moutons-blancs-ak-koyunlu/#i_45509

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 041 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le déferlement mongol, tīmūride et turkmène »  : […] Après avoir dévasté le Khārezm et le nord de l'Afghānistān, les hordes de Tchingizkhān (Gengis khān) s'abattirent sur le Khorāsān en 1221, puis ravagèrent tout l'Iran. Leurs massacres et destructions sapèrent les bases de la vie agricole et sédentaire et accélérèrent le processus de nomadisation. Hūlāgū (1256-1265), le premier Ilkhān de Perse, détruisit les forteresses ismaéliennes avant de mettr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-histoire/#i_45509

Pour citer l’article

Philippe OUANNÈS, « MOUTONS-NOIRS ou KARA KOYUNLU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moutons-noirs-kara-koyunlu/