Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOTO

Objet de culte pour certains, de fantasmes pour d'autres, de rejet pour d'autres encore, la moto ne laisse jamais indifférent. Qui ne se souvient pas, alors enfant, d'avoir été irrésistiblement attiré par les chromes d'une moto exhibant fièrement ses entrailles sur un trottoir ? Qui n'a pas en mémoire l'image d'un motard enfourchant son deux-roues et s'éloignant accompagné des borborygmes sourds d'un échappement assez viril ?

La moto fascine et étonne. Pourtant, elle est loin d'être inaccessible et n'est pas réservée à une élite ou à un clan. Les motards ont beau former une communauté, avec son langage, ses rassemblements et ses codes, celle-ci est ouverte aux nouveaux arrivants.

Historique

Les pionniers

Le premier deux-roues à moteur est français. En 1868, Louis Guillaume Perreaux dépose le brevet de son « Vélocipède à grande vitesse ». Deux roues, un guidon et un moteur à vapeur dans le cadre qui entraîne la roue arrière : les bases de la moto sont établies. Après cette géniale invention, qui sera modifiée plusieurs fois par son créateur, d'autres bricoleurs talentueux tentent à leur tour de développer des deux-roues motorisés. Cependant, les Américains revendiquent eux aussi la paternité de la moto, à cause de la Roper, un bicycle à vapeur de 1869, dont il ne subsiste pourtant pas de trace (aucun brevet notamment).

La première moto équipée d'un moteur à combustion interne, munie de deux roulettes stabilisatrices, serait due à l'Allemand Gottlieb Daimler en 1885. Suit alors un développement parallèle en Europe et aux États-Unis, à la fin du xixe siècle et au début du xxe. La marque allemande Hildebrand et Wolfmüller produit la première moto de série en 1894 : elle est dotée d'un bicylindre quatre-temps de 1 490 cm3 de 2,6 chevaux, pesant 50 kg et capable de rouler à 45 km/h ; c'est une prouesse pour l'époque.

Les frères Werner, des Français, commercialisent en 1897 un deux-roues à moteur qu'ils baptisent Motocyclette. Le nom deviendra générique pour désigner cette catégorie de véhicules. La forme globale de la moto n'est alors pas précisément fixée. Le moteur, notamment, est placé à différents endroits ; sur les roues avant ou arrière, en porte-à-faux arrière ou au centre du cadre, entre les roues – position finalement adoptée par tous. L'apparition de ces nouvelles machines entraîne très rapidement l'organisation de compétitions, apportant leur lot d'inventions. Ainsi, le premier allumage à magnéto, dû à l'Allemand Bosch, voit le jour en 1903, la première boîte de vitesses avec embrayage est montée en 1911 sur une Indian, des motos de cette marque américaine se classant aux trois premières places de l'édition du Tourist Trophy, célèbre course sur route anglaise, cette même année. Déjà, briller en compétition permet de vendre des modèles aux particuliers.

L'entre-deux-guerres

Moto Guzzi - crédits : A. Castelli / Shutterstock

Moto Guzzi

L'entre-deux-guerres marque l'arrivée de constructeurs qui marqueront l'histoire de la moto, tels B.M.W. en Allemagne, Moto Guzzi en Italie ou Vincent en Grande-Bretagne. Ici encore, la compétition permet le développement des motos, les résultats favorisant grandement la vente des machines. La vitesse fascine les foules ; il existe un Championnat d'Europe, ainsi que de nombreuses courses d'endurance, bien différentes de celles qu'on connaît aujourd'hui : il s'agit la plupart du temps de « marathons » entre différentes grandes villes (Paris-Vienne, Liège-Milan-Liège), et non pas de courses sur circuit fermé.

La moto est alors un moyen commode de locomotion, dont l'accès est facilité par un prix relativement bas. Permettant d'aller plus loin que la bicyclette et bien moins chère que l'automobile, la moto se voit donc logiquement plébiscitée par les masses, d'autant plus[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Simon PALATCHI. MOTO [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Médias

Moto Guzzi - crédits : A. Castelli / Shutterstock

Moto Guzzi

Moto : le rassemblement des Éléphants - crédits : Armin Weigel/ dpa/ picture-alliance/ Photononstop

Moto : le rassemblement des Éléphants

Moto : le Bol d’or - crédits : Jean-Yves Ruszniewski/ TempSport/ Corbis/ VCG/ Getty Images

Moto : le Bol d’or

Autres références

  • MOTOCYCLISME

    • Écrit par
    • 2 046 mots
    • 1 média

    Né avec la moto, le sport motocycliste n'a jamais cessé de se développer depuis lors. Les courses sur piste drainent un nombreux public, fasciné par la vitesse, et les meilleurs champions connaissent une importante notoriété. Le tout-terrain est une autre déclinaison du motocyclisme : il s'agit alors...

  • SPORT - L'année 2023

    • Écrit par
    • 8 570 mots
    • 4 médias
    En Moto GP, l’Italien Francesco « Pecco » Bagnaia conserve lui aussi son titre de champion du monde. En revanche, il doit affronter une concurrence autrement plus relevée, puisqu’il faut attendre le dernier Grand Prix de la saison pour le voir devancer définitivement l’Espagnol Jorge Martín. En difficulté...
  • SPORT - L'année 2022

    • Écrit par
    • 10 283 mots
    • 10 médias
    En Moto GP, Fabio Quartararo n’a pas réédité son exploit de l’année précédente. Malgré ses trois succès au cours de la saison, le pilote français a été devancé au Championnat du monde par l’Italien Francesco Bagnaia, qui signe sept succès au guidon de sa Ducati.
  • SPORT - L'année 2021

    • Écrit par
    • 8 701 mots
    • 7 médias
    L’année 2021 est également marquée par le premier sacre en Moto GP de Fabio Quartararo, une première pour un pilote français dans cette catégorie. À seulement vingt-deux ans, il confirme le potentiel qu’on lui prête depuis son plus jeune âge et décroche la couronne mondiale après avoir remporté...