MOTEUR À EXPLOSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la bataille technique que se livrent les partisans de la vapeur, de l'électricité et du pétrole, les nombreux ingénieurs adeptes du moteur à essence sont de leur côté en pleine rivalité. Au sein de la société Gauthier à Paris, le Wallon Étienne Lenoir (1822-1900) accomplit une réalisation déterminante. En 1860, s'inspirant des travaux de Paul Hugon, il parvient à mettre au point un moteur à deux temps et double effet, actionné par un mélange de gaz d'éclairage et d'air. La technique est rudimentaire, puisque le gaz explose alternativement à chaque extrémité du monocylindre pour créer le va-et-vient du piston. Pourtant, une innovation émerge : l'allumage du gaz se fait par une bougie électrique alimentée par un accumulateur et une bobine. Le moteur à explosion est donc bien né, même si des améliorations restent à apporter, notamment au niveau du rendement puisque le moteur demande 18 litres de mélange gazeux pour une puissance de 2 chevaux. Cinq cents exemplaires du moteur Lenoir seront vendus entre 1860 et 1864, tant en Europe qu'aux États-Unis, mais tous pour une utilisation fixe. Son application à l'automobile est en effet un échec : le moteur est trop peu puissant et surtout fragile en raison de difficultés structurelles de refroidissement. Il reste néanmoins le point de départ du moteur à explosion.

—  Jean-Louis LOUBET

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'histoire à l'université d'Évry

Classification

Pour citer l’article

Jean-Louis LOUBET, « MOTEUR À EXPLOSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moteur-a-explosion/