Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOSKOVA BATAILLE DE LA ou BATAILLE DE BORODINO (7 sept. 1812)

Bataille de la Moskova

Bataille de la Moskova

Appelée bataille de Borodino par les Russes – qui ne la considèrent pas comme une défaite –, cette bataille extrêmement meurtrière s'est déroulée le 7 septembre 1812, durant l'invasion de la Russie par Napoléon, à environ 110 kilomètres à l'ouest de Moscou, non loin de la rivière Moskova. Près de 130 000 hommes de la Grande Armée, appuyés par plus de 500 canons, y affrontent 120 000 Russes et 600 canons. Pour sauver Moscou de l'invasion, les Russes, commandés par le général Koutouzov, décident d'interrompre leur retraite et construisent à la hâte une série de retranchements près du village de Borodino en vue de stopper l'avancée française. Craignant l'échec d'une manœuvre d'enveloppement et une nouvelle fuite des Russes, Napoléon opte pour une brutale attaque de front. De 6 heures du matin à midi, les combats font rage de part et d'autre du front, long de 5 kilomètres. À midi, l'efficacité de l'artillerie française commence à faire pencher la balance en sa faveur, mais les attaques successives des Français ne parviennent pas à briser la résistance russe. Napoléon, trop éloigné, et peut-être mal informé de la situation sur le champ de bataille qu'obscurcit une épaisse fumée, se refuse à engager les 20 000 hommes de la garde impériale et 10 000 autres soldats prêts à combattre. Koutouzov ayant déjà engagé toutes ses forces disponibles, l'Empereur perd ainsi l'occasion de remporter une victoire décisive. Les deux côtés s'épuisent au cours de l'après-midi, et le combat n'est plus qu'une canonnade qui se poursuit jusqu'à la tombée de la nuit. Les Russes déplorent environ 45 000 tués et blessés, dont le prince Piotr Ivanovitch Bagration, commandant de la deuxième armée russe. Les pertes françaises sont de l'ordre de 30 000 hommes. Koutouzov peut se retirer en bon ordre pendant la nuit, et, une semaine plus tard, Napoléon investit sans rencontrer de résistance Moscou, incendiée par les Russes.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Bataille de la Moskova

Bataille de la Moskova

Autres références

  • EMPIRE (PREMIER)

    • Écrit par Jean TULARD
    • 8 015 mots
    • 12 médias
    Ainsi Napoléon parvint-il à Moscou, après la terrible bataille de Borodino, au mois de septembre 1812. Il attendait une offre de paix du tsar, mais celui-ci ne se manifesta pas. Le 19 octobre, l'empereur dut se résigner à la retraite. Il était trop tard. Bientôt apparurent les premières gelées. Harcelée...
  • NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

    • Écrit par Universalis, Jacques GODECHOT
    • 8 337 mots
    • 18 médias
    ...troupes de Napoléon n'atteignirent les abords de Moscou qu'au début du mois de septembre. Le général russe Mikhaïl Koutousov engagea le combat à Borodino le 7 septembre. L'affrontement fut sauvage, sanglant et non décisif mais, une semaine plus tard, Napoléon entrait à Moscou, abandonnée et livrée...
  • RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

    • Écrit par Michel LESAGE, Roger PORTAL
    • 20 238 mots
    • 29 médias
    ...(paix de Tilsit, 1807) et permit à celui-ci d'annexer, en 1809, la Finlande qui, dans le cadre de l'Empire russe, resta un grand-duché autonome. Mais, en 1812, l'invasion des troupes françaises en Russie déclencha une « guerre patriotique » marquée par la défaite russe de Borodino (meurtrière cependant...

Voir aussi