MORELLY (1717 env.-env. 1778)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien qu'il fût l'un des principaux représentants du socialisme utopique et l'inspirateur de Babeuf (qui se réclama du Code de la nature au cours de son procès) ainsi que de la génération suivante, Morelly demeure mal connu. Certains auteurs vont même jusqu'à soutenir qu'il y a eu deux Morelly. Plusieurs documents permettent toutefois d'avancer que les œuvres signées de ce nom ont pour auteur un abbé Morelly, qui fut régent du collège de Vitry-le-François vers 1756. L'obscurité qui entoure sa vie est aisément explicable, dans la mesure où ses thèses n'ont pas acquis leur plein rayonnement de son vivant, mais seulement avec les socialistes des générations postérieures.

Morelly apparaît comme le contraire d'un spécialiste étroitement enfermé dans les limites d'un seul domaine ; ses préoccupations diverses le conduisent à s'interroger sur tous les aspects du développement humain. Tout d'abord et sans doute en raison de ses fonctions supposées au collège de Vitry-le-François, il s'intéresse à la pédagogie et rédige un ouvrage en deux volumes sur Les Principes naturels de l'éducation (1743-1745). Il en vient ensuite aux questions plus abstraites des mécanismes des sensations (Physique de la beauté, 1748).

Mais l'on retient surtout de lui ses œuvres politiques : le Naufrage des îles flottantes ou La Basiliade, épopée parue en 1753, et le Code de la nature (janv. 1755), son œuvre maîtresse, qui fut attribuée à Diderot pendant plus de cinquante ans. L'idée de la nature sous-tend l'ensemble de la doctrine de Morelly. L'homme, selon lui, peut être défini à partir d'un certain nombre de caractéristiques « naturelles », qui sont communes à tous et qu'il importe de respecter. La nature est « une, constante, invariable », et il s'agit de découvrir ses lois et de s'y conformer. Les implications de ce principe apparaissent déjà dans les textes de Morelly sur l'éducation, lesquels tentent de dégager une méthode pour éviter que les préjugés, les erreurs des éducateurs n'aient une influence néfaste sur les qualités naturelles des enfants. La nécessité d'un processus de perfectionnement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : licenciée en droit, diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  MORELLY (1717 env.-env. 1778)  » est également traité dans :

BABOUVISME

  • Écrit par 
  • Albert SOBOUL
  •  • 4 032 mots

Dans le chapitre « L'itinéraire révolutionnaire »  : […] À suivre la correspondance de Babeuf avec Dubois de Fosseux, dans les années qui précédèrent la Révolution, l'origine livresque du communisme de Babeuf ne fait aucun doute. Rousseau, Mably, Morelly et son Code de la nature (mais quant à ce dernier plus tardivement) ont exercé sur Babeuf une influence décisive. Il se livre à une étude « consciente  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babouvisme/#i_1204

SAUVAGE LE BON

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 038 mots
  •  • 1 média

On retrouve, dans la plupart des mythologies anciennes, la légende de l'âge d'or : les philosophes et les poètes grecs et latins, par exemple, ont souvent évoqué l'existence, dans des temps reculés et donc révolus, d'une humanité plus heureuse et plus juste ; plus près de nous, des générations de voyageurs et d'écrivains se sont plu à décrire des s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bon-sauvage/#i_1204

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les utopies modernes »  : […] Il est significatif que, pour accéder au deuxième cycle de cette tradition utopique, il faille enjamber près de quinze siècles. On peut estimer que, pendant cette période, le champ de l' imagination utopique se trouve déplacé par le champ de l'imagination religieuse. Le transfert laisse des traces sur plusieurs points : dans les populations milléna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utopie/#i_1204

Pour citer l’article

Christine BARTHET, « MORELLY (1717 env.-env. 1778) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/morelly/