MONTOIRE (1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petit bourg du Loir-et-Cher, près de Vendôme, où le maréchal Pétain a rencontré Hitler le 24 octobre 1940. C'est au cours de cet entretien, le seul qu'ils aient jamais eu, que les deux chefs d'État ont envisagé une collaboration entre leurs pays. Aussi, pour les adversaires du régime de Vichy, Montoire est-il synonyme de trahison, tandis que les partisans de Pétain affirment que c'est, peu de temps après la défaite, la première étape du redressement de la nation. Pour comprendre la signification et l'importance de cette rencontre, il est nécessaire de la replacer dans le contexte international du moment (automne de 1940). D'une part, les Français libres et les Anglais ont attaqué Dakar les 23 et 24 septembre, vainement, car Vichy est très résolu à défendre l'empire français contre toute agression, d'où qu'elle vienne ; d'autre part, l'aviation britannique est sortie victorieuse de la bataille d'Angleterre. La situation est donc différente de ce qu'elle était au moment de l'armistice. Chacun en tire les conséquences à sa façon : Pétain en envoyant officieusement à Londres le professeur Rougier (qui sera malencontreusement reçu par Churchill le jour même de l'entrevue de Montoire) ; Hitler en décidant de voir Franco pour obtenir l'autorisation de laisser passer les troupes allemandes par l'Espagne pour un éventuel débarquement en Afrique du Nord. Quant à Pierre Laval, président du Conseil, et à Paul Baudouin, ministre des Affaires étrangères, constatant qu'on s'installe dans une guerre plus longue qu'ils ne le prévoyaient initialement, ils estiment nécessaire de normaliser les rapports avec l'Allemagne. Aussi Laval est-il reçu le 22 octobre par Hitler, dans son train spécial en route vers l'Espagne, à Montoire. C'est alors qu'est envisagée une rencontre entre Hitler et Pétain, qui l'accepte sans trop de réticences. La rencontre elle-même est assez décevante. Le refus de Franco l'ayant mis de méchante humeur, Hitler monologue sur les responsabilités de la France dans la défaite, sur d'éventuelles conditions de paix et propose à Pétain de « collaborer » avec l'Allemagne. Comme le chef de l'État le fera remarquer le 30 octobre dans son discours à la nation, où il reconnaît par ailleurs que « cette rencontre a suscité des espérances et provoqué des inquiétudes », « une collaboration a été envisagée... J'en ai accepté le principe. Les modalités en seront discutées ultérieurement ». En réalité, ces modalités ne seront pas discutées et aussi bien les espérances que les inquiétudes nées de Montoire seront peu fondées. Le 13 décembre, Pétain fait arrêter Laval, qu'il remplace par Flandin, partisan d'une politique ferme à l'égard de l'Allemagne. Aussi peut-on dire que le premier rapprochement franco-allemand a duré moins de deux mois et n'a reposé sur rien de concret, comme Hitler lui-même l'a déclaré le 30 octobre à Mussolini, qui s'en inquiétait. À la grande fureur de la presse collaborationniste de la zone occupée, il faudra attendre avril 1942 et le retour de Laval au pouvoir pour que la politique envisagée à Montoire retrouve une certaine actualité.

Pierre Laval

Photographie : Pierre Laval

Le chef du gouvernement français Pierre Laval (1883-1945) et le ministre italien des Affaires étrangères Bastiani rencontrent Adolf Hitler à son quartier général, en 1943. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès sciences politiques, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  MONTOIRE (1940)  » est également traité dans :

PÉTAIN PHILIPPE (1856-1951)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 2 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le sauveur »  : […] Son premier geste public est d'appeler, le 17 juin, à cesser le combat. Les armistices, avec l'Allemagne et l'Italie, prennent effet le 25 juin. Pierre Laval, chef de file des « pacifistes », est le vice-président du Conseil. Bien soutenu par Weygand, général des armées, il assure la liquidation politique de la III e  République. Le 10 juillet 1940, le Parlement réuni à Vichy accorde au maréchal P […] Lire la suite

VICHY RÉGIME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AZÉMA
  •  • 6 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La coupure de novembre 1942 et les pièges de la collaboration d'État »  : […] Bon gré mal gré, le régime de Vichy se vit contraint de cohabiter, vivre, négocier avec un occupant. Tout en bénéficiant d'un statut quasi unique dans l'Europe occupée, puisque la souveraineté française était maintenue sur une fraction du pays alors que celui-ci avait été vaincu, le régime de Vichy allait se retrouver, pour le grand malheur des Français, prisonnier d'un système de relations franco […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy ROSSI-LANDI, « MONTOIRE (1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/montoire/