MONTANISME

Mouvement spirituel, prophétique et eschatologique, qui apparaît en Phrygie au milieu du iie siècle (dès 156-157 selon Épiphane ; en 172 seulement d'après Eusèbe). Un certain Montanus, néophyte, qui aurait été prêtre de Cybèle, se prétend l'organe du Paraclet, sinon le Paraclet lui-même. Il annonce un nouvel âge de l'Église, l'âge de l'Esprit, et l'imminence de la fin des temps. La Jérusalem nouvelle doit descendre du ciel près de la ville de Pépuze en Phrygie (l'identification est difficile), et le Seigneur régnera avec les élus durant mille ans. Montanus se fait accompagner de deux femmes, Priscilla et Maximilla, prophétesses elles aussi.

Pour se préparer à cette venue, il faut pratiquer un ascétisme rigoureux, multiplier et prolonger les jeûnes, s'abstenir de viande et de vin ; la continence parfaite est recommandée, et les secondes noces absolument prohibées. Le pardon de l'Église est refusé aux péchés graves.

Il n'est pas nécessaire de voir ici, avec Harnack, un mouvement de retour au « pneumatisme » de l'Église primitive et une réaction contre une Église en train de s'institutionnaliser et de se séculariser. La « nouvelle prophétie » s'apparente à ces mouvements analogues de « réveil » que connaît l'histoire de l'Église et qui, au demeurant, peuvent se réclamer de certains textes de l'Église et recouvrir des valeurs authentiquement chrétiennes. Elle se répandit rapidement dans toute l'Asie Mineure. L'agitation qu'elle provoqua dans les communautés suscita la réaction des évêques qui se réunirent en synodes (les premiers que nous connaissions) pour la condamner. On a conservé de nombreux écrits antimontanistes.

Dès 177, la communauté chrétienne de Lyon est alertée à son tour et en écrit aux Églises d'Asie et de Phrygie, ainsi qu'au pape Éleuthère. À Rome, le pape Zéphyrin (198-217), après quelques hésitations, condamne le montanisme.

Celui-ci s'était répandu jusqu'en Afrique, où Tertullien devait se faire l'ardent propagandiste de son rigorisme exalté. Les titres mêmes de ses ouvrages reprennent les thèmes montanistes signalés ci-dessus.

La secte s'émietta assez rapidement. Au ive et au ve siècle, les empereurs Constantin (331) et Honorius (407) prennent des mesures sévères contre les montanistes, dont on trouve encore des traces en Orient au vie siècle, et à Rome au temps de Grégoire le Grand (déb. viie s.).

—  Pierre Thomas CAMELOT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MONTANISME  » est également traité dans :

GLOSSOLALIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 645 mots

Le don des langues, ou glossolalie (du grec glôssa, « langue », et lalein, « parler »), est un phénomène religieux, de type mystique ou paranormal, qui fait que certaines personnes ont le pouvoir de s'exprimer de manière à être entendues et comprises dans une langue qu'elles n'ont pas apprise ou d'utiliser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glossolalie/#i_8988

TERTULLIEN (155 env.-env. 225)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude FREDOUILLE
  •  • 3 943 mots

où, pour diverses raisons, la littérature latine paraît sur son déclin, il assure brillamment le relais, en lui communiquant une inspiration nouvelle. Ce converti, attiré sur le plan de l'éthique par l'ascétisme de l'hérésie montaniste, n'a jamais négligé l'esthétique, par souci d'efficacité autant que par attachement réfléchi aux valeurs anciennes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tertullien/#i_8988

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « MONTANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/montanisme/